Marseille: Un homme tué par balle sur le boulevard National

FAITS DIVERS Depuis le début de l'année, le nombre de morts par balle ne cesse d'augmenter, à 12 depuis janvier...

20 Minutes avec AFP

— 

Un homme est mort, tué par balle, sur le boulevard National jeudi.
Un homme est mort, tué par balle, sur le boulevard National jeudi. — BORIS HORVAT / AFP

Nouveau règlement de compte. Un homme a été tué par balle jeudi matin sur le boulevard National (3e), près du métro, a-t-on appris de source judiciaire. Il s'agit du douzième homicide dans des circonstances similaires depuis janvier dans l'agglomération marseillaise. 

« Un homme a été mortellement blessé par balles alors qu’il regagnait avec sa concubine un véhicule en stationnement », a expliqué cette source, confirmant une information de La Provence. « Deux hommes sont arrivés et ont fait feu dans sa direction, au niveau de la bouche de métro de la station National », a poursuivi cette source.

Une rixe peu de temps auparavant

Selon une source policière, «plusieurs auteurs à bord d'un véhicule ont fait feu avant de repartir». Les témoignages divergeaient encore jeudi matin sur le nombre d'assaillants. L'arme utilisée est un calibre 12, soit plutôt une arme longue, de type fusil à pompe, et il y a eu «plusieurs tirs», a précisé cette source policière.

Sans qu'il soit possible d'établir un lien à ce stade de l'enquête entre ces deux faits, une rixe mêlant trois personnes s'était déroulée dans le même quartier moins d'une demi-heure auparavant, a-t-on appris auprès d'une autre source policière. Deux frères se sont battus avec un troisième individu qui a sorti un couteau et a gravement blessé l'un deux à l'aine, touchant l'artère fémorale. Le pronostic vital de cet homme est engagé.

Semaine sanglante au mois d'avril

La première semaine d’avril a été particulièrement sanglante à Marseille, avec trois hommes tués par balles dans une fusillade probablement liée au trafic de drogue, cité Bassens (15e), puis un homme tué le lendemain dans un autre quartier populaire.

>> Règlement de comptes à Marseille: «Un Everest de folie meurtrière», estime le procureur

La justice et la police élucident régulièrement ces règlements de compte. Mi-avril, dix personnes ont été mises en examen et écrouées dans le cadre d’une enquête sur plusieurs homicides et tentatives, liés à la rivalité entre deux clans pour le contrôle de trafics de stupéfiants dans des cités du 13e arrondissement.

Dans la plupart des cas, les homicides par balle recensés dans l’agglomération marseillaise sont des règlements de compte liés au trafic de drogue.

«Des rivalités importantes»

«Il y a toujours des rivalités importantes qui se nourrissent maintenant de haines et de vengeances», avait expliqué Éric Arella, le patron de la police judiciaire de Marseille.

Ainsi, le procureur de la République de Marseille Brice Robin, a récemment évoqué «22 dossiers de règlements de compte ou tentatives qui concernent» au cours des six dernières années deux clans, «les Redmania d'un côté et les Berrebouh-Tir de l'autre». Eric Arella avait pour sa part évoqué «18 faits sur ces dernières années» entre deux autres clans surnommés «Blacks et Gitans».

Dans les Bouches-du-Rhône, 22 faits de règlements de comptes avaient été déplorés en 2013, 26 en 2014 et 21 en 2015, provoquant la mort de 17 personnes en 2013, 18 en 2014 et 19 en 2015.