«Emotion» et «déception» après l'audition de Mama Galledou

JUSTICE La victime du bus incendié de Marseille a témoigné...

S.H.

— 

Mama Galledou, grièvement brûlée dans l'incendie criminel d'un bus à Marseille le 28 octobre 2006, a réclamé jeudi devant le tribunal pour enfants de Marseille des explications aux deux jeunes incendiaires présumés, jugés à huis clos, a indiqué l'avocat de la victime.
Mama Galledou, grièvement brûlée dans l'incendie criminel d'un bus à Marseille le 28 octobre 2006, a réclamé jeudi devant le tribunal pour enfants de Marseille des explications aux deux jeunes incendiaires présumés, jugés à huis clos, a indiqué l'avocat de la victime. — Boris Horvat AFP

Mama Galledou est arrivée très tôt le matin en voiture, et a discrètement rejoint une salle du palais de justice de Marseille. Alors que la veille, son audition était incertaine du fait de sa santé encore fragile et de l'angoisse du procès, la jeune femme a finalement tenu le coup.

Durant une quarantaine de minutes, elle a livré son témoignage via un dispositif de vidéo-conférence, au troisième jour du procès de deux des incendiaires présumés du bus où elle se trouvait, le 28 octobre 2006, dans le 13e arrondissement de Marseille.

Un récit «sans mélo», a souligné son avocat, Alain Molla, saluant le «courage» de sa cliente, brûlée à 62% de la surface du corps dans l'incendie. «Elle a posé des questions précises : pourquoi ont-ils mis le feu au bus alors qu'elle était toujours à l'intérieur? Pourquoi l'ont-ils laissé brûler? Il y a eu beaucoup d'émotion, mais aussi beaucoup de déception: pour une fois, c'est elle qui parlait directement, et ça n'a rien provoqué.»

Selon l'avocat, les deux prévenus, âgés aujourd'hui de 16 ans, n'ont apporté aucune réponse, se murant dans le silence ou la répétition de leur version des faits. «On a l'impression que tout ce qui s'est passé était un hasard, poursuit l'avocat. Mais il y a une histoire. La solution, ce n'est pas de présenter ses excuses toutes les cinq minutes, c'est de dire la vérité.» «Ils ont répété leurs remords, leurs regrets et ces mots deviennent creux, concède Michel Lao, l'avocat d'un des prévenus. Mais c'était peut-être au-dessus de leurs forces d'apporter toutes les réponses.»

La journée d'hier s'est terminée par les plaidoiries des parties civiles. Mama Galledou, restée au tribunal, n'a pu entendre que l'intervention de son avocat. Le réquisitoire est prévu ce matin, pour un verdict attendu dans la soirée.