Marseille: Gérard Depardieu défend une «saga politique et familiale»

SERIE Les acteurs de la série «Marseille» de Netflix étaient à Marseille pour assurer la promo...

M.P.

— 

Géraldine Pailhas, Gérard Depardieu et Benoit Magimel
Géraldine Pailhas, Gérard Depardieu et Benoit Magimel — M. Penverne

Acteurs, producteur, réalisateur et scénariste étaient présents mercredi soir pour défendre la nouvelle série du groupe américain Netflix, baptisée Marseille. Annoncée comme un événement « global » et « mondial » par les responsables de la plateforme numérique – elle est diffusée dans le monde entier -, la série a fait déjà l’objet de nombreuses critiques, parfois virulentes.

Lors d’une conférence de presse très calibrée, où la plupart des questions sont posées par une sorte de « présentatrice » et non par les journalistes, Gérard Depardieu a expliqué avoir aimé cette « saga politique et familiale pleine de rebondissements ». Benoît Magimel a évoqué, de son côté, un projet « hors norme » pendant que Géraldine Pailhas, « marseillaise de naissance », a apprécié « l’idée de voir sa ville devenir une star de cinéma ».

A lire : Les premières critiques dézinguent «Marseille» de Netflix

Pas de clichés

En huit épisodes, Marseille raconte l’histoire de Robert Taro, interprété par Gérard Depardieu, qui doit faire face aux ambitions de son poulain Lucas Barrès, joué par Benoit Magimel. Le scénario a été écrit par Dan Franck qui assure avoir évité le « Marseille bashing » mais aussi les clichés en se promenant « dans les cités, à la mairie ou dans les mosquées ». Il y a découvert, paraît-il, « une réalité sociale ».

Dotée d’un budget de 800 000 à un million d’euros par épisode, la série se limite pour l’instant à une seule saison. « Il va falloir attendre le résultat des courses » pour savoir s’il y aura une deuxième saison, a indiqué mercredi le producteur Pascal Breton. « Il faudra attendre une ou deux semaines pour savoir si Marseille rencontre les suffrages des téléspectateurs. Mais on y a déjà réfléchi (…) et on en a sous le pied », a-t-il conclu.