La ville dégaine ses nettoyeuses et ses PV

Stéphanie Harounyan - ©2007 20 minutes

— 

Des « Rolls » du nettoyage. Les cinq couples d'arroseuses-balayeuses de la ville de Marseille sont entrés en action hier dans les rues. « L'arroseuse, avec sa capacité de 6 000 litres d'eau, peut nettoyer 4 km de voiries, soit le travail de quatre cantonniers et deux bouches à eau ouvertes en permanence », calcule Gérard Chenoz, conseiller municipal délégué au Projet centre-ville. Selon lui, la propreté de Marseille se serait déjà améliorée depuis le lancement de la campagne « moins salir, mieux nettoyer ». « Les habitants ont compris, assure-t-il. Reste des irréductibles et pour eux, ce sera les PV. » Cartons dans la rue, crottes non ramassées, papiers par terre... L'amende prévue est de 35 euros.

Si la ville prévoit de renforcer sa campagne de sensibilisation côté Mar­seillais, pas question en revanche pour Gérard Chenoz de révolutionner l'organisation du travail côté agents. Alors que Jean-Noël Guérini, candidat de la gauche aux municipales, s'est déjà prononcé pour la fin du « fini-parti », l'élu assure au contraire que ce système est une « bonne méthode ». « Il faut simplement que ce soit bien fini, nuance-t-il néanmoins. C'est pour cela que l'on renforce les contrôles. »