Marseille: La CGT et Solidaires dénoncent des «provocations policières»

SOCIAL Les deux syndicats déplorent l'arrestation de sept militants avant la manifestation...

20 Minutes avec AFP

— 

La manifestation du 1er mai à Marseille
La manifestation du 1er mai à Marseille — Franck PENNANT AFP

Les syndicats CGT Éducation et Solidaires 13 ont dénoncé lundi les arrestations qui ont eu lieu avant la manifestation du 1er mai dimanche à Marseille, évoquant des « provocations policières » et des accusations « fantasques ».

Dans un premier communiqué, la CGT déplore « des contrôles d’identité systématiques assortis de fouilles (qui) ont été pratiqués sur les personnes se rendant sur le lieu de la manifestation, et ce, en dehors de tout incident ou acte de violence ayant pu les justifier (…). Ces contrôles se sont soldés par la mise en garde à vue de cinq personnes dont deux militants actifs des organisations syndicales SUD éducation et CNT ».

>> A lire aussi : Faible mobilisation pour le 1er-Mai

Le syndicat estime que « le climat de tension permanente et les provocations régulières des forces de police » a pour « vocation à affaiblir la contestation, à décrédibiliser le mouvement par des moyens inqualifiables dans un État démocratique, et à favoriser la répression syndicale ».

Sept interpellations

De son côté, Solidaires 13 dénonce « la répression exercée par le gouvernement et tout particulièrement par ces tentatives d’empêcher dès le départ la manifestation du 1er mai, journée de solidarité internationale et de revendication des travailleurs ».

La manifestation du 1er mai a rassemblé à Marseille un peu plus de 2.000 personnes, selon la préfecture de police. Sept personnes ont été interpellées en début de manifestation.