Marseille: Une nouvelle méthode pour transporter les homards vivants

INNOVATION Leur habitat naturel est recréé dans des bacs, ce qui stresse moins les crustacés…

A.R.

— 

Un homard (illustration)
Un homard (illustration) — Robert F. Bukaty/AP/SIPA

Ils arriveront dans nos assiettes comme s’ils venaient d’être péchés. Les homards vont désormais être transportés vivants dans leur eau d’origine.

Jusqu’alors, ils étaient acheminés à 90 % congelés ou surgelés par bateau et à 10 % en avion dans des conditions humides, dans de la glace par exemple. Le stress occasionné par ce transport provoque la sécrétion d’ammoniaque pouvant altérer la chair du crustacé.

Quatres années de recherche

Aujourd’hui, le conteneur Aquaviva permet son transport dans des caisses remplies d’eau « de l’océan où ils ont grandi. La chaine du vivant vs la chaine du froid». Cette innovation est présentée cette semaine au Seafood, le salon européen des produits de la mer, à Bruxelles.

La société EMYG environnement et aquaculture, basée à Carnoux-en-Provence et la CMA CGM, troisième groupe mondial du transport maritime fondé à Marseille, ont mis au point la technologie Innopure. Une révolution dans le commerce mondial des produits de la mer. Des tests ont été réalisés avec succès sur la ligne maritime Halifax - Rotterdam.

Amérique du Nord et Europe visés

« Elle combine le traitement de l’eau, avec une filtration pour éliminer les bactéries, l’oxygénation et la circulation », explique Giancarlo Fagiano, le président fondateur d’Emyg E&A, qui a déposé un brevet dans 147 pays.

Les conteneurs Aquaviva résultent de quatre années de recherche. « C’est en combinant le savoir-faire des deux entreprises qu’est né le conteneur Aquaviva », explique la CMA CGM.

Les premiers marchés destinataires sont l’Amérique du Nord et l’Europe. Plus tard suivront langoustes, moules et autres crustacés. Tous frais comme un gardon.