OM: Le coup de gueule d'un éleveur de chèvres

FOOTBALL Jean Hélève veut qu'on arrête de qualifier les joueurs marseillais de «chèvres»...

C.L.

— 

Une chèvre du Rove, au Salon de l'agriculture 2010 à Paris
Une chèvre du Rove, au Salon de l'agriculture 2010 à Paris — JACQUES DEMARTHON / AFP

Oui, c’est une blague. Mais Jean Hélève, éleveur de chèvres en Provence, a tout de même tenu à se faire entendre. « Les chèvres de notre région ne méritent pas une telle comparaison », peste l’agriculteur, dont les propos sont relayés sur le site du syndicat Coordination Rurale.

>> A lire aussi : Mais au fait, pourquoi qualifie-t-on les footballeurs de «chèvres»?

« Nous les sentons très irritées par cet amalgame (…) Elles estiment qu’elles mettent bien une patte devant l’autre et qu’elles ne sont pas ridicules à chaque fois qu’elles sortent de la chèvrerie. Et à vrai dire, après avoir vu le match contre Bordeaux, je comprends leur colère. »

Trouver un « autre sobriquet »

Le 10 avril, lors de la réception des Girondins, les supporters du virage sud ont fait circuler 11 pancartes à l’effigie de chèvres, sur la musique de Benny Hill. L’attaque potache avait bien fait marrer les spectateurs. Moins l’éleveur.

>> A lire aussi : Chèvres sur Benny Hill, message sexiste... Le meilleur et le pire des banderoles des supporters au Vélodrome

Jean Hélève invite même les fans à changer de refrain, « en utilisant d’autres sobriquets pour désigner les joueurs de l’équipe qu’ils soutiennent ». Un appel purement ironique, comme le confirme le syndicat à La Provence. « On avait envie de marquer le coup pour rigoler », a réagi l’animatrice régionale de Coordination rurale.