Marseille: Les frères de l'homme blessé par balles mercredi sont connus de la police

FAITS DIVERS La victime de 38 ans a survécu à ses blessures…

A.R.

— 

Illustration d'une voiture de police.
Illustration d'une voiture de police. — A. Rancoule / 20 Minutes

L’hommeblessé par balles au thorax, à la fesse et à la mâchoire mercredi à Saint-Henri (16e) a survécu, selon La Provence. Au volant de sa camionnette, il a d’abord été percuté par un autre véhicule, immobilisant ainsi sa voiture. Les occupants auraient ensuite tiré sur la victime de 38 ans, peu connue des services de police, rapporte le quotidien régional.

Ses deux frères sont incarcérés

Les frères de la victime seraient tous les deux en prison. Selon La Provence, l’un est incarcéré depuis près d’un an. Il est soupçonné d’avoir été l’un des instigateurs du « putsch » tenté sur le trafic de stups de la « Tour K » à la Castellane (16e). Le 9 février 2015, une fusillade avait éclaté dans le quartier. Les gérants présumés du réseau de La Jougarelle, du nom d’une avenue de la cité, épaulés par un commando de Kosovars recrutés quelque temps plus tôt dans un camp de réfugiés politiques près de Munich, s’apprêtaient à en découdre avec les trafiquants du réseau concurrent, celui de « de la Tour K ».

>> Tirs à la Castellane: La reconstitution de la spectaculaire fusillade avance

Le second frère de l’homme blessé mercredi est également en prison. D’après La Provence, il avait été lui aussi blessé par balles en septembre au Rove, lors d’une permission. Il avait survécu à ses blessures. L’enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire.

Onze personnes tuées en trois mois et demi

Depuis le début de l’année, onze personnes ont été tuées par balles dans l’agglomération marseillaise, la plupart dans des règlements de comptes liés au trafic de drogue. En 2015, 19 personnes avaient été tuées dans des règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône, 18 en 2014 et 17 en 2013.

>> Règlement de comptes à Marseille: «Un Everest de folie meurtrière», estime le procureur

>> A lire aussi : Le préfet de police dément l'existence de camps d'entraînements au tir

Ces dernières semaines, dix personnes ont par ailleurs été mises en examen et écrouées dans le cadre d’une enquête sur plusieurs homicides et tentatives d’assassinat, liés à la rivalité entre deux clans pour le contrôle de trafics de stupéfiants dans des cités du 13e arrondissement.