OM: Des joueurs «meilleurs», une compo «normale», «du courage»... Le déni selon Michel

FOOTBALL Le coach espagnol refuse de parler relégation…

C.L.

— 

Michel le 10 avril 2016 au Stade Vélodrome à Marseille
Michel le 10 avril 2016 au Stade Vélodrome à Marseille — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Ce dimanche soir, le spectacle était surtout dans les tribunes. Entre deux chants hostiles à la direction, trois défilés de chèvres en cartons et des tentatives d’envahissement de pelouse, il y a quand même eu un match, nul (0-0) entre Marseille et Bordeaux. Si absence de buts ne veut pas forcément dire absence de jeu, cette fois le score reflétait plutôt bien l’approximation ambiante. Face à un Bordeaux transparent, l’OM a été plutôt catastrophique. Mais Michel, fidèle à son positivisme sans limite, voit du mieux.

>> A lire aussi : Des spectateurs enfermés à l'intérieur du Vélodrome après des débordements

« Nous avons été meilleurs que lors des précédents matches, a assuré l’Espagnol, mais ça n’a pas suffi pour les trois points. Nous nous sommes créé des situations, avec plus de 40 centres mais peu de tirs. On a joué pour obtenir les trois points. Notre équipe a fait preuve de courage »

« Si vous voulez me critiquer, comme d’habitude… »

Son choix de ne pas titulariser Michy Batshuayi, meilleur buteur de l’effectif, au profit de Steven Fletcher, comme sa préférence pour Lucas Silva, avait de quoi faire douter. Mais « la composition d’équipe était normale avec les joueurs que nous avions », a assuré l’entraîneur confirmé par l’actionnaire cette semaine. « Nous avons forcé Mauricio Isla à jouer, on voulait gagner, a-t-il ajouté. Si vous voulez me critiquer, comme d’habitude, je ne crois pas que ce soit sur la composition d’équipe. »

>> A lire aussi : Chèvres sur Benny Hill, message sexiste... Le meilleur et le pire des banderoles des supporters au Vélodrome

Sévérité des journalistes ou pas, le public, lui a copieusement sifflé Michel lors de la présentation de l’effectif, comme il est de coutume depuis plusieurs mois maintenant. Des réactions que le coach dit toujours comprendre et accepter. « Nous avons une dette (vis-à-vis du public), et nous avons un objectif très clair pour cette fin de saison, la Coupe de France. Nous nous sommes mis dans cette situation au classement maintenant nous devons faire face (…) Il faut répondre par des victoires, pas pleurer. »