Agression antisémite à Marseille: L'enseignant juif en garde à vue pour dénonciation de crime imaginaire

ENQUETE Il est interrogé par les policiers pour « dénonciation de crime imaginaire »…

M.P.
— 
L’Évêché à Marseille.
L’Évêché à Marseille. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

A-t-il menti? L’enseignant juif qui s’était fait agresser en novembre dernier dans le 13e arrondissement a été placé mercredi matin en garde-à-vue dans les locaux de la Sécurité publique. Il est interrogé par les policiers pour « dénonciation de crime imaginaire », indique une source proche du dossier, confirmant une information de La Provence.

Tzion Saadoun avait déclaré s'être fait agresser dans la soirée du 18 novembre à la sortie du centre communautaire Yavné. Portant sa kippa sur la tête, il aurait été agressé par trois individus qui lui auraient lancé des insultes antisémites avant de le frapper.

Une inscription de Daesh

Il avait aussi déclaré à la police que ses assaillants avaient tailladé les avant-bras avec un couteau. L'un d'eux lui aurait également montré son tee-shirt portant une inscription de Daesh avant de sortir son téléphone portable et de montrer une photo de Mohamed Merah, le terroriste islamiste qui a perpétré les tueries de Toulouse et Montauban en 2012. C'est finalement une patrouille de police qui aurait mis en fuite ses agresseurs.

 

A lire ici : «Ils ont sorti un couteau et l’ont tailladé partout»

 

Cette agression, qui intervenait quelques jours après les attentats de Paris, avait provoqué de nombreuses réactions dans la classe politique marseillaise, à droite comme à gauche. Le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin avait rassemblé les dignitaires religieux, rassemblés au sein de l’association Marseille Espérance, pour lancer un « appel à la tolérance ».