Marseille: Le port revoit (à la baisse) sa copie sur le terminal de Mourepiane

ECONOMIE Le port de Marseille a été contraint de revoir à la baisse son projet de terminal de Mourepiane...

Mickael Penverne

— 

Le siège du Grand Port Maritime de Marseille.
Le siège du Grand Port Maritime de Marseille. — MickaÎl Penverne / 20 Minutes

Le Grand port maritime de Marseille a finalement reculé sous la pression des opposants au projet contesté du terminal de Mourepiane. Le conseil de surveillance de l’établissement public s’est réuni vendredi pour examiner « les conséquences à tirer des débats exprimés lors de l’enquête publique » du projet.

Résultat, « les inquiétudes et problèmes soulevés méritent d’être traités dans la concertation (…) afin d’élaborer un projet reconfiguré et phasé permettant tout à la fois de conforter la vocation industrielle du port et de renforcer l’intégration harmonieuse de ce développement au cœur de son territoire », indique le GPMM dans un communiqué.

Entre 10 et 12 millions d'euros

Concrètement, le conseil de surveillance a validé un nouveau projet de terminal qui sera réalisé « à l’intérieur du périmètre » du port, et non plus dans une partie du 16e arrondissement de Marseille. C’est une victoire pour les habitants et les associations qui s’étaient mobilisés contre ce projet, critiquant les nuisances sonores et la pollution engendrée par le futur trafic ferroviaire.

Dans son communiqué, le port n’évoque plus que des « travaux de modernisation » qui, assure-t-il, « n’auront pas de conséquence à l’extérieur du périmètre » du port. Le montant de ce nouveau chantier est évalué entre 10 et 12 millions d’euros. Le projet initial devait coûter entre 50 et 60 millions d’euros.

>> A lire aussi : Le port de Marseille-Fos évince un commissaire enquêteur trop « indépendant »

Le projet de terminal de Mourepiane avait entraîné une vive polémique entre les habitants du 16e arrondissement, les élus locaux qui les soutenaient, et la direction du port.

Le dossier avait rebondi quand l’enquête publique avait abouti - fait rarissime - à un avis négatif. Ulcéré par cette recommandation, le GPMM avait demandé au tribunal administratif de Marseille de révoquer le commissaire enquêteur, Jean Reynaud. Avant donc de s'y soumettre.