Aix-Marseille: Jean-Claude Gaudin salue le «vrai démarrage» de la métropole

POLITIQUE La décision du Conseil constitutionnel va permettre «le vrai démarrage» de la métropole, selon Jean-Claude Gaudin...

M.P.

— 

Le maire Les Républicains de Marseille Jean-Claude Gaudin.
Le maire Les Républicains de Marseille Jean-Claude Gaudin. — ALAIN JOCARD AFP

Après la décision du Conseil constitutionnel validant la répartition des sièges au sein de la métropole d’Aix-Marseille, les premières réactions politiques sont venues des partisans de la nouvelle collectivité.

Le député socialiste Patrick Mennucci « se félicite » de cette décision et espère que les « chicaneries qui bloquent depuis trop longtemps notre développement » cesseront. Comme le président de la Chambre de commerce et d'industrie, Jacques Pfister, sa collègue de l'Assemblée nationale Marie-Arlette Carlotti exhorte maintenant les élus à « se mettre au travail ».

 

>> A lire aussi : Le Conseil Constitutionnel valide la métropole Aix-Marseille

Réunion avant le 30 avril

Pour le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, cette décision « va permettre le vrai démarrage de la métropole ». Née officiellement le 1er janvier 2016, la collectivité était de facto gelée par les recours juridiques et judiciaires de ces opposants. « Le Conseil constitutionnel vient de clarifier la situation, ajoute le sénateur-maire. Ses règles de composition s’imposent désormais à tous sans contestation possible ».

Jean-Claude Gaudin précise dans son communiqué qu’il souhaite convoquer « d’ici le 30 avril » le conseil métropolitain et le conseil de territoire « afin que la métropole vote valablement son budget de l’exercice 2016 ». Plusieurs chantiers, comme la rénovation de la rue Paradis à Marseille que devait lancer la communauté urbaine de Marseille, ont ainsi été ajournés en attendant l’installation de la métropole.

>> A lire aussi : « Il est impensable d’imaginer Marseille comme un village gaulois »

Force Ouvrière déjà prête

« Le consensus le plus large doit maintenant prévaloir parmi les élus métropolitains », plaide enfin Jean-Claude Gaudin dans une sorte de vœu pieu. Car tout n’est pas réglé. Elu président de la nouvelle collectivité en novembre, le tribunal administratif de Marseille a annulé le scrutin en janvier. Seul un recours - suspensif - lui a permis de continuer d’occuper cette fonction et de gérer les affaires courantes, notamment le versement du salaire des 7.500 agents territoriaux.

Force Ouvrière, syndicat majoritaire à Marseille et à l'ancienne communauté urbaine, a d’ailleurs annoncé, dans la foulée de la décision du Conseil constitutionnel, la réunion dès la semaine prochaine de 300 délégués FO « afin de constituer le syndicat général des territoriaux Force Ouvrière de la métropole ».