OM: Six raisons de croire à l'exploit à Bilbao (et deux motifs objectifs de déprimer)

FOOTBALL Les Marseillais vont devoir s'imposer la semaine prochaine...

C.L.

— 

Steven Fletcher à Marseille le 18 février 2016
Steven Fletcher à Marseille le 18 février 2016 — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Ne nous mentons pas, l’OM est dans le dur, là. Et a priori, après l’avoir emporté ce jeudi soir (0-1), l'Athlétic Bilbao est favori pour ce match retour, qui se jouera dès la semaine prochaine à San Mamés.

>> A lire aussi : Qui est Aritz Aduriz, l’attaquant basque qui a plombé les cages de Mandanda ?

Les statistiques ne mentent pas : 10 % des clubs ayant perdu 0-1 à domicile à l’aller se sont qualifiés. Voilà qui suffit à déprimer. D’autant qu’Aritz Aduriz, responsable trentenaire du missile du match, sera encore là. Mais tout n’est pas perdu. Voilà six raisons qui le prouvent :

1 - Michel est « optimiste », Diarra « en mission »
Michel n’aime pas trop être favori. Parfait, ce n’est pas le cas cette fois. Résultat, le coach est finalement « optimiste ». « La différence s’est faite sur une seule minute, a noté le tacticien espagnol. Les chances pour l’Athletic ont augmenté mais on ne sait jamais. » Vous voulez plus combatif ? « On va aller là-bas sans complexe pour gagner chez eux, a déclaré Lassana Diarra en zone mixte. L’ambiance y est chaude, mais ce n’est qu’un stade, nous y serons en mission. »

2 - Globalement, le jeu était équilibré ce soir
Si on oublie ce but d’Aduriz deux minutes, l’OM méritait le nul. Les deux équipes étaient tellement au même niveau au Vélodrome que c’en est presque devenu ennuyeux. Dangereuses tour à tour, accélérant puis calmant le pas, mais n’inquiétant pas vraiment les portiers des deux camps. Si la tension est similaire la semaine prochaine, les Marseillais peuvent faire pencher la chance de leur côté.

3 - Deux buts, qu’est-ce que c’est ?
Pour aller en huitièmes de finale, l’OM devra inscrire au moins deux buts à San Mamès. (Avy Assouly peut vous réexpliquer la règle du but à l’extérieur par ici). Finalement, ce n’est pas grand-chose. Même s’il est en plein doute existentiel ces jours-ci, Michy Batshuayi est encore le deuxième meilleur butteur du championnat. Nkoudou est aussi le meilleur buteur de Ligue Europa dans toute l’histoire de l’OM, avec quatre buts. Sinon, vous pouvez toujours vous délecter du début de championnat où l’OM assassinait Troyes (6-0) et Bastia (4-1).

4 - Si Marseille doit vraiment relever la tête, c’est maintenant
Onzième en Ligue 1, éliminé de la Coupe de la Ligue, l’OM tient à cette Ligue Europa. Parce qu’elle lui offrirait un accès à la Ligue des champions bien sûr et que Marseille a une affinité particulière avec l’Europe. Le tournant tant attendu dans les tribunes du Vélodrome, qui ne vient pas en championnat, peut venir d’un sursaut la semaine prochaine à Bilbao.

5 - Ils sont meilleurs à l’extérieur
En Ligue 1, l’OM est la troisième meilleure équipe de Ligue 1 à l’extérieur avec 22 points pris en 13 rencontres. Les Marseillais ne se sont pas imposés à la maison depuis janvier en Coupe de France et depuis septembre en championnat. On leur fait donc confiance pour ne pas se laisser impressionner par la ferveur basque.

6 - Plus l’adversaire est coriace, mieux ils jouent
Le classico est encore frais dans la tête des supporters comme des joueurs. Parce que Paris bien sûr, mais surtout car les Olympiens ont bel et bien failli renverser l’ogre de la capitale. Ils ont tout du moins bombé le torse, autant qu’à l’aller. Le 2-1 était cher payé mais on a vu un OM transcendé comme jamais. Un peu à l’image des chocs face à Lyon, terminés sur des nuls, mais qui ont vraiment fait douter sur la place de milieu de tableau des hommes de Michel.