Corse: Des incidents dans des lycées de Bastia obligent le rectorat à les fermer

FAITS DIVERS Les élèves demandent « justice » pour le supporter corse grièvement blessé à l’œil gauche…

A.R. avec AFP

— 

Des policiers touchés par des cocktails molotov tentent d'éteindre les flammes, lors d'affrontements avec des manifestants à Corte, en Corse, le 16 février 2016
Des policiers touchés par des cocktails molotov tentent d'éteindre les flammes, lors d'affrontements avec des manifestants à Corte, en Corse, le 16 février 2016 — Pascal POCHARD-CASABIANCA AFP

Cinq jours de violences. Jeudi, deux lycées de Bastia, en Haute-Corse, ont été fermés jusqu’à demain soir, après des incidents provoqués par des élèves continuant à demander « justice » pour le supporter grièvement blessé samedi, après le match de L1 Reims-Bastia.

 

Des feux de poubelles et de palettes de bois ont été allumés lors de rassemblements autour du lycée professionnel Paul Vincensini et le lycée technique Fred Scamaroni dans le sud de Bastia. Une adjointe au proviseur a été blessée à une cheville en chutant lors d’une bousculade et a dû être soignée à l’hôpital, a aussi indiqué le rectorat.

Les élèves ont aussi perturbé la circulation routière au sud de la ville, provoquant à la mi-journée un bouchon de plusieurs kilomètres, sans intervention des forces de l’ordre, selon des témoins. Des enseignants interrogés par la radio publique RCFM ont d’ailleurs déploré l’inertie de la police et de la gendarmerie lors de ces incidents.

Les cours reprennent à la fac de Corte

En revanche, après trois jours de blocage émaillés d’incidents violents lundi et mardi, les cours ont repris jeudi, après une réunion entre les trois syndicats nationalistes étudiants, à l’université de Corse-Pascal Paoli à Corte, en Haute-Corse.

Comme les lycéens bastiais, les étudiants de Corte protestaient contre les arrestations de supporters bastiais samedi à Reims lors d’échauffourées avec la police durant lesquelles l’un d’entre eux a été grièvement blessé à l’œil gauche.

Le président de l’université Paul-Marie Romani assure les étudiants du soutien de la communauté éducative pour « voir toute la lumière faite sur les événements des derniers jours », selon un communiqué.

Mercredi, les dirigeants nationalistes de la Collectivité territoriale de Corse et de l’Assemblée de Corse, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, avaient appelé les étudiants à l’apaisement, après trois soirées de violences urbaines à Bastia, puis à Corte, lors d’une table ronde dans la ville universitaire.

Une nouvelle manifestation de protestation contre les incidents de Reims est toutefois prévue samedi après-midi à Bastia à l’appel de Bastia 1905, le plus important club de supporters du club.