OM-Bilbao: «Une grosse motivation» selon Michel, même sans supporters

FOOTBALL Michel mise beaucoup sur l'Europe...

C.L.

— 

Michel, coach de l'OM, le 17 septembre 2015
Michel, coach de l'OM, le 17 septembre 2015 — Peter Dejong/AP/SIPA

L’Olympique de Marseille rentre dans le dur ce jeudi. Après être sortis, non sans peine, d’un groupe constitué des faibles Sporting Braga, Slovan Liberec et FC Groningen, les Olympiens rencontrent en 16e de finale le septième du championnat espagnol.

Forcément, les enjeux ne sont pas les mêmes, surtout maintenant qu’ils sont éliminés de la coupe de la Ligue et qu’ils font du surplace en championnat.

>> A lire aussi : Il va encore y avoir foule au Stade Vélodrome

Le fils de Michel est un voisin

« Ce genre d’adversaire, il faut le craindre », estime Michel. Le tacticien ibérique voit dans l’Athletic Bilbao « une équipe très bien structurée », avec des joueurs « locaux » qui ont l’habitude de jouer ensemble. « Il y a toujours du beau jeu quelle que soit la manière dont on assemble les joueurs », remarque-t-il.

Michel connaît bien cette équipe. Evidemment, il a joué chez les Merengue pendant 15 ans. Mais son fils, Adrian Gonzalez, est aussi milieu de terrain à Eibar, club basque voisin de Bilbao, géographiquement comme au classement, puisqu’ils sont sixièmes, avec un seul point de plus que l’Athlétic. Une raison de plus de ressentir « une grosse motivation » pour ce match aller.

Et l’héritage de Marcelo Bielsa, qui a coaché Bilbao entre 2011 et 2013 ? « Je n’en ai aucune idée, a esquivé Michel, vous pourrez poser la question à Ernesto Valverde [entraîneur actuel]. Je peux dire que l’Athletic me plaît beaucoup, il a gagné la Super Coupe d’Espagne, l’entraîneur est très bon, magnifique. »

Une association Fletcher/Batshuayi

Mauricio Isla, l’homme en forme du moment, auteur de son premier but en bleu et blanc contre Nice, prédit lui un match « aussi difficile que contre le PSG ». « Il faudra être à 100 % pour obtenir quelque chose de cette rencontre, a déclaré le couteau-suisse de l’OM. Il n’y aura pas de favori, on joue à domicile, on se doit de fournir une grosse prestation. »

>> A lire aussi : Y a-t-il « un problème » Batshuayi ?

Pour venir à bout des Espagnols, Michel pourrait miser sur une association Steven Fletcher et Michy Batshuayi en attaque. « On dit que je suis plutôt défensif, a ponctué Michel, donc je vais peut-être faire une folie demain. » Le Belge, un peu à la peine ces temps-ci, n’a pas perdu la confiance de son coach mais ce dernier lui rappelle à chaque occasion, qu’il attend mieux de sa part.

« Que voulez-vous que je fasse de plus ?, a lancé le coach des Olympiens, interrogé en conférence de presse, sur le besoin de l’attaquant d’être rassuré. Il joue tout le temps. Lors des 14 derniers matchs, il a marqué 2 ou 3 buts, il faut qu’il fasse davantage. »

Encore un Vélodrome clairsemé

Seulement 20.000 spectateurs sont attendus ce jeudi dans l’enceinte du boulevard Michelet. C’est mieux que les 10.000 des matchs de groupe, mais toujours bien en deçà des affluences de Ligue 1. « Nos supporters préfèrent le championnat mais je crois que c’est normal, a commenté Michel. Lors du tour précédent on n’a pourtant concédé qu’une défaite, je ne sais pas si ça concerne le jeu ou un aspect économique, je ne sais pas. »