Marseille

Les logements vacants sont traqués

Sus aux appartements vides ! Alors que la mairie de Marseille a voté en juillet l'application de la taxe d'habitation pour les logements vacants depuis plus de cinq ans, la chambre de commerce et d'industrie (CCI) a constitué à son tour un groupe de ...

Sus aux appartements vides ! Alors que la mairie de Marseille a voté en juillet l'application de la taxe d'habitation pour les logements vacants depuis plus de cinq ans, la chambre de commerce et d'industrie (CCI) a constitué à son tour un groupe de travail sur le sujet. Le dernier pointage officiel remonte à 1999. Les résultats du recensement annuel lancé en 2004 devraient être connus l'an prochain.

En attendant, c'est le flou statistique. Devant la CCI, l'Union régionale des propriétaires immobiliers a estimé que l'on pouvait remettre « mille logements par an sur le marché chaque année à Marseille ». Les professionnels sont moins optimistes. « Les logements vacants plusieurs années d'affilée sont peu nombreux, assure Jean-Luc Chauvin, président de la Fnaim 13. Il s'agit la plupart du temps de problèmes de succession ou de propriétaires qui n'ont pas les moyens de rénover. Et dans ce dernier cas, il existe des procédures qui permettent de subventionner les travaux à 100 %. »

Même point de vue à la Confédération des administrateurs de biens (Cnab) : « S'il y a cinq cents logements vacants à Marseille, c'est un maximum, estime Jean-Luc Lieutaud, président de la Cnab Marseille-Provence-Corse. Les propriétaires ne font pas exprès de laisser leur logement vide, ça leur coûte très cher. » Professionnels et propriétaires réclament une simplification des procédures de subvention pour accélérer les travaux.