Marseille: Après la polémique sur la venue de Bigard, Festi'femmes se défend sur ses subventions

POLEMIQUE La ville ne subventionne pas le festival, elle a « acheté des places », selon la direction du festival...  

A.R.

— 

Jean-Marie Bigard le 21 avril 2009 à Lille.
Jean-Marie Bigard le 21 avril 2009 à Lille. — F. LO PRESTI / AFP

La polémique n’en finit plus. En fin de semaine dernière, l’association Osez le féminisme a désapprouvé la venue de Jean-Marie Bigard à Marseille, au Silo le 8 mars. Pour la journée des femmes, l’humoriste doit animer une soirée de gala de Festi’Femmes, festival dédié à l’humour féminin qui se déroule du 4 au 8 mars.

A lire aussi : La venue de Jean-Marie Bigard lors de la journée de la femme fait grincer des dents

« Une humoriste féministe (Florence Foresti, Sophia Aram…) en présentatrice ça aurait été trop de femmes on suppose ? Consternant », a dénoncé l’association sur le réseau social Facebook. « Une polémique ridicule », pour Eliane Zayan, la fondatrice et directrice artistique de Festi’Femmes. « Je suis là pour la bonne humeur et j’assume complètement mon choix, explique-t-elle. Dans son nouveau spectacle, il fait son mea culpa et finit par dire aux femmes qu’il leur tire son chapeau ».

« La ville ne subventionne pas ce festival »

Le choix de cette humoriste a également paru étonnant au socialiste Benoît Payan. « La priorité de la ville était nécessairement au subventionnement du "lâcher de salopes" », dénonce l’élu au conseil municipal. « La ville ne subventionne pas ce festival », répond la mairie.

« Si par le passé la ville de Marseille a pu apporter un soutien financer à ce festival, aucune subvention en 2016 n’a été engagée pour financer le Festi’Femmes », souligne Eliane Zayan, par ailleurs ancienne adjointe au maire déléguée au cinéma, aux arts de la rue et aux industries culturelles.

Les partenaires « ont acheté des places »

« Les très nombreuses associations culturelles Marseillaises qui triment chaque année pour boucler leurs budgets seront ravies d’apprendre qu’en 2015, la ville de Marseille a versé 20.000 euros de subvention pour cet événement », souligne Benoît Payan.

Selon Festi’Femmes, en 2015, la ville a versé 15.000 euros au festival. « Cette année, zéro euro, insiste-t-elle. Festi’Femmes se réserve le droit, si aucun démenti de la part de M. Payan n’est fait, de donner une suite juridique à toutes ces allégations. »

« La Soirée du Silo, qui fait l’objet de polémique lancée en fin de semaine dernière en raison de la présence de Jean-Marie Bigard est financée par le Festi’femmes et ses partenaires : location de la salle, besoins techniques, règlement des artistes, cocktail… », poursuit-elle. Les partenaires, dont la ville de Marseille, « ont acheté des places pour la soirée », au Silo, « comme au Toursky », souligne la directrice artistique de l’événement.

Lundi, ni Festi’Femmes ni la Ville n’ont été en mesure d’indiquer le nombre exact de billets achetés par la ville.