Nice-OM: Les Marseillais font du surplace, et alors?

FOOTBALL Même nombre de buts entre les voisins ce soir, conséquences différentes...

C.L.

— 

Rémy Cabella à Nice le 14 février 2016.
Rémy Cabella à Nice le 14 février 2016. — VALERY HACHE / AFP

A première vue, ce match nul sonne comme un bon point, entre les deux adversaires de derby, déterminés à l’Allianz Riviera ce dimanche. Mais les voisins provençaux sont loin d’être dans le même cas de figure. Nice, cinquième avant la rencontre, accède au podium. Marseille ne se démêle toujours pas de sa place de milieu de tableau. Pourtant, seuls cinq points les séparent.

>> A lire aussi : « On ne peut pas marquer un seul but en sept occasions », peste Michel

Pourquoi Marseille est dans la mouise : Parce qu’au terme de la 26e journée, on peut vraiment se demander si l’OM est capable de s’imposer dans le top 10. A la 5e journée, les Marseillais étaient 11e. A la dixième journée, ils étaient 16e. Avant de retrouver la 11e place à la 15e journée. Ils ont grimpé jusqu’à la huitième place avant de revenir se poser tranquillement… à la 11e place. Malgré des sursauts, les Olympiens semblent incapables de rester durablement dans le top 10. Il leur reste seulement 12 journées pour enrayer cette mécanique. Un tiers de la saison pour deux gaspillés. Déjà.

>> A lire aussi : Y a-t-il « un problème » Batshuayi ?

Pourquoi ce n’est pas si grave : Parce que les 12 premiers du championnat (derrière Paris et Monaco) sont dans un mouchoir de poche. Nice, troisième après le nul de ce soir, a 40 points. Marseille, 11e a en 35. Cinq points d’écarts pour neuf prétendants au podium. Et le programme des hommes de Michel jusqu’en mai leur est a priori plutôt favorable. Troyes, Reims, Toulouse, Ajaccio, Lorient, Bastia. Des adversaires idoines pour se relancer. S’ils arrivent notamment à composer avec Monaco (3-3 à l’aller au Vélodrome) et à rentabiliser l’arrivée de Steven Fletcher, paliatif d’un Michy un peu éparpillé et le retour d’un « FloTov » surexcité.