Affaire Air Cocaïne: Un «transfèrement» possible des deux passagers du Falcon

JUSTICE Le Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Harlem Désir, a évoqué un « transfèrement » des deux passagers du Falcon…

M.P.
— 
A gauche, Nicolas Pisapia, le 13 août 2015 à Saint Domingue. A droite : Alain Castany, le 9 mars 2015, à Saint Domingue.
A gauche, Nicolas Pisapia, le 13 août 2015 à Saint Domingue. A droite : Alain Castany, le 9 mars 2015, à Saint Domingue. — ERIKA SANTELICES / AFP

Le procès en appel de l’affaire Air Cocaïne a démarré ce jeudi à Saint-Domingue. Après l’évasion des deux pilotes du Falcon, Pascal Fauret et Bruno Odos, deux Français impliqués sont restés sur l’île : Alain Castany et Nicolas Pisapia. Ce dernier, originaire de Velaux près d’Aix-en-Provence, a reçu le soutien du député divers gauche Jean-Pierre Maggi.

L’élu a interpellé mercredi à l’Assemblée nationale, dans le cadre des questions d’actualités au gouvernement, Harlem Désir, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, sur la « mobilisation » de la diplomatie française pendant ce procès en appel.

Une convention signée

Harlem Désir a commencé par rappeler que la France « respectait la souveraineté » de la République Dominicaine mais restait « attentive au déroulement de cette procédure judiciaire ». Il a ensuite laissé la porte ouverte à un possible transfert des deux Français, même si leur condamnation est confirmée.

Air Cocaïne : Les proches de Nicolas Pisapia s’organisent pour se faire entendre

« La France et la République Dominicaine ont signé une convention de transfèrement des personnes condamnées le 13 novembre 2009. Il est donc parfaitement envisageable qu’un transfèrement intervienne sur la base de cette convention une fois que la condamnation définitive a été prononcée, et sous réserve que la République Dominicaine y consente ».

En première instance, Nicolas Pisapia, passager du Falcon comme Alain Castany, a été condamné à 20 ans de prison pour trafic de drogue.