Marseille: L'état des écoles, une «polémique intolérable», selon la ville

EDUCATION Le débat est né de l’intervention d'une enseignante qui a dénoncé «le délabrement» des écoles élémentaires...

A.R.

— 

Une salle de classe de l'école Saint-Louis-Consolat le 2 février 2016 à Marseille
Une salle de classe de l'école Saint-Louis-Consolat le 2 février 2016 à Marseille — BORIS HORVAT AFP

« La polémique » sur l’état des écoles marseillaises est « intolérable », a estimé jeudi Yves Moraine (LR), le maire des 6 et 8 arrondissements lors d’un déjeuner avec la presse.

Le débat est né de l’intervention de Charlotte Magri, une enseignante dans une école des quartiers Nord. Elle dénonce dans une lettre ouverte intitulée « Je nous accuse », le « délabrement » des écoles élémentaires de la ville.

>> A lire aussi : Une enseignante des quartiers Nord dénonce la présence d’amiante dans son école

La professeure évoque notamment des problèmes de chauffage, de sécurité et la présence d’amiante dans les salles de classe. Sur l’amiante, « les travaux ont lieu dans la loge du gardien », a précisé Yves Moraine. Quant à la température basse relevée dans certaines salles, cela est dû, selon l’élu, aux personnels qui « aèrent les locaux à leur arrivée le matin », indique-t-il.

« Sa honte, qu’elle se la garde, c’est elle qui fait honte à la République »

Cette semaine, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Education a réagi face à l’ampleur de la polémique. « Il faut absolument agir et que chacun prenne ses responsabilités », a-t-elle considéré. Le maire, Jean-Claude Gaudin (LR) « s’est engagé à faire des annonces très prochainement pour améliorer les choses », d’après la ministre. Mais pour l’heure, aucune annonce concrète n’a été faite par la ville. Le maire s’exprimera lundi lors du conseil municipal, soulignent ses proches.

Les « conditions et la souffrance dans laquelle vivent au quotidien ces élèves, ces enseignants et personnels ne sont pas dignes de la République », a également indiqué la ministre.

« Sa honte qu’elle se la garde, c’est elle qui fait honte à la République », a réagi Yves Moraine, évoquant notamment le passage récent de la ministre sur le plateau du Supplément de Canal + Elle avait été critiquée pour ne pas avoir réagi aux propos ambigus du fondateur de Baraka City, Idriss Sihamedi, sur les attentats de Paris.

« Tous les jours il y a des travaux dans les écoles »

« Tous les jours il y a des travaux dans les écoles », poursuit le maire du 4e secteur. « On avait l’habitude de prévoir les travaux le mercredi mais maintenant les enfants travaillent le mercredi », souligne Danièle Casanova (LR), l’adjointe à l’Education.

L’élue est par ailleurs revenue sur la pénurie de papier hygiénique dans certains établissements, un manque causé par « le gaspillage » des enfants. « On dépense 700.000 euros par an en papier hygiénique, on livre des mètres et des mètres, de quoi faire trois fois le tour du monde », s’est-elle-agacée.

L’an dernier, 31,58 millions d’euros ont été dépensés dans la réalisation de travaux, souligne la mairie. Cette année, 523 chantiers sont programmés dans les écoles pour un montant de 36,99 millions d’euros. « En 2015, la ville a dédié 198 millions d’euros à l’Education et à la jeunesse. Il s’agit du premier poste de dépenses, soit 12 % du budget total », a aussi souligné Danièle Casanova.