Marseille: La peste de 1720 ne venait pas d'Asie

SCIENCES Selon des chercheurs allemands, la peste de 1720, qui avait causé plus de 100.000 morts en Provence, serait une résurgence de la peste noire du 14e siècle...

M.P.
— 
Une commémoration de la peste de 1720 à La Ciotat.
Une commémoration de la peste de 1720 à La Ciotat. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

La peste de 1720, qui a ravagé la moitié de la population de Marseille, ne serait pas d’origine asiatique, rapporte Sciences et Avenir. Selon une enquête de chercheurs allemands de l’Institut Max-Planck, le génome du bacille yersinia pestis, à l’origine de l’épidémie, ne venait pas d’Asie.

Le 25 mai 1720, le Grand Saint-Antoine, un navire en provenance de Syrie et chargé d’étoffes et de coton, échappe à la quarantaine. Le premier échevin, Jean-Baptiste Estelle, est soupçonné d’avoir autorisé le capitaine du bateau à contourner la réglementation parce qu’il était propriétaire d’une partie de la cargaison.

En quelques jours, la peste, qui avait déjà tué plusieurs marins, se propage dans la ville, notamment dans les quartiers les plus pauvres. En deux ans, la peste provoquera la mort d’environ 40.000 marseillais – sur une population totale de 80.000 à 90.000 personnes. En Provence, elle tuera entre 90.000 et 120.000 habitants - sur 400.000 habitants.

"Rien n'est plus nécessaire que de faire enlever et enterrer les cadavres..." (Marseille, 1720, #peste) pic.twitter.com/vJGUfzIIEL
— Philippe Charlier (@doctroptard) February 2, 2016

 

La peste noire

Jusqu’à présent, les historiens et les scientifiques étaient d’accord pour rendre les puces des rats responsables de cette épidémie. Or, selon les chercheurs de l’Institut Max-Planck, ces bestioles n’ont peut-être rien à voir là-dedans.

En analysant la pulpe dentaire de plusieurs personnes décédées pendant cette terrible année, ils sont arrivés à la conclusion que la peste de 1720 est, en réalité, une résurgence de la première pandémie ayant ravagé l’Europe au 14e siècle, la peste noire qui a fait environ 25 millions de victimes en Europe.

Le germe de la peste noire aurait ainsi sommeillé localement pendant trois siècles avant de réapparaître subitement. Pourquoi s’est-il endormi ? Et surtout pourquoi s’est-il réveillé ? Pour l’instant, ces questions sont encore sans réponse, indiquent nos confrères de Sciences et Avenir qui rappellent que, quatre siècles plus tard, la peste sévit toujours, notamment en Afrique.