Région PACA: Christian Estrosi met en place une «conférence régionale»

POLITIQUE Christian Estrosi a créé une «conférence régionale» pour accueillir les socialistes et la société civile...  

M.P. avec AFP
— 
Christian Estrosi au conseil régional de PACA.
Christian Estrosi au conseil régional de PACA. — Claude Paris/AP/SIPA

Le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur a entériné vendredi la mise en place d’une « conférence régionale », assemblée consultative promise par son président Christian Estrosi. Promise entre les deux tours des régionales après le retrait du PS, cette assemblée consultative était destinée, à « ceux qui ont fait le sacrifice de ne pas être au second tour » pour battre le FN.

A lire aussi: Comment Christian Estrosi cherche à rassurer la gauche

Christian Estrosi a finalement décidé d’y associer tous les partis politiques ayant participé au premier tour des régionales, qu’ils soient représentés ou non au conseil régional, ainsi que des représentants de la société civile. Soit une assemblée de 150 personnes contre 120 pour le conseil régional.

Le FN n’y participera pas

Présidée par M. Estrosi et ses trois prédécesseurs à la tête de la Région, elle prévoit 116 sièges pour les listes ayant participé aux régionales et 30 pour des membres de la société civile, nommés par les présidents. Cet « observatoire citoyen » se réunira « d’ici au mois d’avril ».

« Il est hors de question que le FN participe à cette mascarade », a déclaré la présidente du groupe FN à la Région, Marion Maréchal-Le Pen, dénonçant un « scandale total », un « gadget qui n’a aucune logique dans sa représentation » avec 20 sièges pour le FN qui a obtenu 41 % des voix au premier tour.

A lire ici : Christian Estrosi désormais seul face au FN

Pas un blanc-seing

« Vous qui n’êtes capable que de faire référence à des petites phrases mesquines, politiciennes, médiocres… Vous n’avez pas une seule fois parlé de l’intérêt général », a rétorqué Christian Estrosi faisant valoir que la conférence régionale permettrait à 5 millions d’habitants « de s’exprimer ».

A gauche, Christophe Madrolle qui avait conduit la liste PS dans les Bouches-du-Rhône, a « salué l’initiative de M. Estrosi de faire vivre une forme de démocratie régionale. Notre retrait n’est pas un blanc-seing donné » à la droite, a-t-il ajouté.