Mortalité sur les routes des Bouches-du-Rhône: «Derrière les chiffres, il y a des familles endeuillées»

SECURITE ROUTIERE Sur les routes du département, 128 personnes ont été tuées l’année dernière...

A.R.

— 

Lundi, un motard est décédé à Marseille.
Lundi, un motard est décédé à Marseille. — BMPM

« Ce n’est pas surprenant quand on voit les comportements sur la route », lâche d’emblée Chantal-Marie Laurent, la déléguée régionale de la Ligue contre la violence routière en Paca face à la nouvelle hausse de la mortalité sur les routes en 2015.

>>A lire aussi : La mortalité sur les routes en hausse en 2015 pour la deuxième année de suite

Des axes particulièrement accidentogènes

Selon les chiffres de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, 128 personnes ont été tuées sur les routes du département l’année dernière, dont 34 à Marseille. En 2014, 127 personnes sont mortes dans des accidents routiers, dont 33 à Marseille. Il demeure des axes particulièrement accidentogènes, comme la RD559, en particulier la portion Marseille-Cassis, ou la RD8N entre Aubagne et Cuges-les-Pins.

>> A lire aussi : Le col de la Gineste, une des routes les plus accidentogènes de France

« Nous sommes dans un département avec un fort taux de mortalité routière mais rapporté aux nombres d’habitants et au parc automobile, il est relatif, précise Chantal-Marie Laurent. Derrière ces chiffres, il y a des familles endeuillées : il est urgent de prendre des mesures adaptées face au non-respect de la vitesse. En ville à 60 km/h, on est un tueur à gage », rappelle la déléguée régionale.

>> A lire aussi : Les piétons ont davantage d’accidents par rapport au reste de la France

En trois jours, deux personnes sont décédées sur la route à Marseille, quatre ont été sérieusement blessées. « Dans 1/4 des accidents, la vitesse est excessive, et l’alcool est aussi présent dans 1/4 des accidents, lorsque ce ne sont pas les deux. On connaît les causes mais les comportements s’aggravent », note Jean-Pierre Guérrini, le directeur de l’association de prévention routière Paca et Corse (APR).

« Inculquer les comportements élémentaires dès les plus jeunes âges »

« A Marseille, les feux rouges, on ne les grille pas, on les glisse, c’est-à-dire que l’on passe doucement pour voir s’il n’y a personne qui arrive mais on peut couper une personne en deux, s’emporte Chantal-Marie Laurent. Il faut éduquer les conducteurs et inculquer les comportements élémentaires dès les plus jeunes âges ».

L’an dernier, l’APR a sensibilisé 12.000 écoliers du département à la sécurité routière, à travers des supports pédagogiques, des jeux ou des circuits vélos. « On voit souvent des enfants faire des réflexions aux parents sur le port de la ceinture par exemple, souligne Jean-Pierre Guerrini. Ça commence aussi là ».