Qui sème des OGM récolte la tempête

Frédéric Legrand - ©2007 20 minutes

— 

Stupeur au beau milieu du mois de juillet : Paca n'est plus une région sans OGM. Le 4 juillet, le site gouvernemental sur les OGM révèle la présence de 1 000 m2 de maïs transgénique sur la commune de Jonquières (Vaucluse). Le champ était planté de Mon810, résistant au papillon pyrale, seul maïs OGM dont la culture est autorisée en France. « Un champ de cette dimension, ça sert à produire des semences, assure Michel Apostolo, du comité anti-OGM Paca. Normalement, on préconise une zone d'isolement large d'au moins 300 m autour du champ, pour éviter des croisements non-désirés. Mais pour les OGM, rien n'est prévu. » Les anti-OGM s'inquiètent d'une possible pollution de la filière bio. Début août, le collectif a manifesté à Avignon pour réclamer un moratoire sur la culture des OGM. Trois semaines après avoir été découverte, la parcelle de maïs a été détruite, en pleine nuit. L'action n'a pas été revendiquée. La gendarmerie d'Orange a été chargée de l'enquête.

contamination Les anti-OGM dénoncent les risques de contamination des filières bio au travers du pollen, que ce soit sur d'autres maïs ou du miel « car les abeilles peuvent aussi butiner le pollen du maïs transgénique », selon le collectif anti-OGM.