Toulon: Le procureur réclame 18 mois de prison ferme contre l'ancien président de l'université

JUSTICE Le procureur a requis 18 mois de prison ferme contre Laroussi Oueslati, l’ex-président de l’université de Toulon…

M.P. avec AFP

— 

Laroussi Oueslati au palais de justice de Marseille.
Laroussi Oueslati au palais de justice de Marseille. — AFP

Trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis ont été requis ce jeudi par le tribunal correctionnel de Marseille contre Laroussi Oueslati, l’ancien président de l’université de Toulon jugé pour corruption, détournement de fonds publics et faux.

« Ce dossier est particulièrement grave, a estimé le procureur Ludovic Leclerc. On est sur le devoir d’exemplarité d’une personne chargée de service public, sur de l’argent public et une atteinte a été portée à l’université et à la valeur des diplômes ».

Laroussi Oueslati est soupçonné d’avoir pris part à un trafic d’inscriptions massives d’étudiants chinois à la rentrée universitaire 2008/2009. « L’université est un symbole dans tous les pays, un lieu de savoirs, de lumière, de passerelle entre les cultures et les civilisations », a poursuivi Ludovic Leclerc.

Des éléments convergents

« Nous ne sommes pas dans la maladresse, l’imprudence, nous avons des éléments extrêmement nombreux et convergents qui démontrent la culpabilité des prévenus et du principal protagoniste », a assuré le procureur.

Le procureur a demandé au tribunal de ne prêter aucun crédit aux propos de l’ancien président qui, tout au long de l’audience, a suggéré être victime d’un règlement de comptes politiques.

Les défenseurs de Laroussi Oueslati, Mes Lionel Moroni et Arnaud Lucien, devraient plaider sa relaxe.