Agression d'un prof juif à Marseille: «Le gouvernement a la responsabilité d’assurer la protection»

REACTION Les responsables politiques disent comprendre mais rappellent que l'Etat doit assurer la protection des juifs...

M.P. avec AFP

— 

Le président du Consistoire israélite de Marseille a appelé les juifs à ne plus porter la kippa dans la rue.
Le président du Consistoire israélite de Marseille a appelé les juifs à ne plus porter la kippa dans la rue. — Pascal Pavani AFP

Le débat qui s’est engagé dans la communauté juive sur le port de la kippa, après l’agression antisémite de Marseille, a fait réagir la classe politique française. « Sur ce sujet, le gouvernement a une responsabilité, il n’a pas à avoir une position, a déclaré le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll sur iTELE. Il a une responsabilité, d’assurer la protection et d’être là pour protéger et dénoncer les actes antisémites. Ça, c’est sa responsabilité. »

>> A lire aussi : Les juifs incités à ne plus porter la kippa

D’autres membres du gouvernement ont appelé à ne pas céder à la menace ou à la peur. « Résistance… Le plus beau mot, c’est la résistance », a ainsi déclaré sur LCP Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation, même si elle a reconnu qu’elle n’avait « pas de conseil à donner ».

« Ça part forcément d’une bonne intention »

« J’ai été surprise, pour le moins, et ce n’est sûrement pas le conseil que j’aurais donné à titre personnel, a indiqué de son côté la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, sur France Inter. Que le président du Consistoire de Marseille cherche à protéger les siens, ça part forcément d’une bonne intention. Mais ce n’est pas ce qu’il faut envoyer comme message évidemment, et sûrement pas en ce moment. La protection, elle doit venir de l’Etat, des pouvoirs publics, et c’est ce que nous assurons ».

>> A lire aussi : L’agresseur du professeur juif dit avoir « honte de ne pas l’avoir tué »

A droite, Brice Hortefeux (Les Républicains) a estimé sur RTL qu’on ne pouvait « pas rester sans rien modifier à son comportement face à ces actes innommables », mais a dit partager la conviction du grand rabbin de France, « qui consiste à rappeler que renoncer, c’est céder ».

Le président du MoDem François Bayrou a lui fait part de sa « très grande tristesse » sur Radio Classique : « La France, c’est le fait de vivre ensemble, des femmes et des hommes, des communautés d’origines différentes qui sont réunies dans le même amour d’un idéal. »