Marseille: L'agresseur du professeur juif dit avoir «honte de ne pas l'avoir tué»

FAITS DIVERS L'adolescent a été déféré à Paris en vue de sa mise en examen...

M.P.

— 

Benjamin Amsellem, le professeur agressé.
Benjamin Amsellem, le professeur agressé. — AFP

L’adolescent, qui a agressé le professeur juif, a déclaré aux enquêteurs qu’il avait « honte de ne pas l’avoir tué » et « honte de ne pas avoir eu la force », rapporte La Provence. « Je ne regrette rien, j’en suis fier », a-t-il ajouté lors de ses auditions à l’Evêché, le commissariat central de Marseille où il a passé 48 heures en garde à vue.

>> A lire aussi : Ce que l’on sait sur l’adolescent radicalisé

Aux enquêteurs, il a expliqué qu’il s’était auto radicalisé via Internet. C’est en regardant des vidéos sur des massacres de chrétiens que le processus aurait démarré. Voulant vérifier par lui-même, il aurait fait des recherches sur Internet. De fil en aiguille, il serait tomber sur des sites djihadistes et des vidéos de Daesh où, à l’inverse, c’étaient des musulmans qui étaient persécutés.

Ses parents des apostats

Si Yusuf n’est pas parti en Syrie ou en Irak, il a assuré aux policiers qui l’ont interrogé qu’il souhaitait le faire bientôt. Il a également qualifié ses parents, des Turcs d’origine Kurde installés à Marseille depuis plusieurs années, d’apostats et de « mauvais musulmans ».

>> A lire aussi : Les juifs incités à ne plus porter la kippa

Le jeune Yusuf, qui aura 16 ans la semaine prochaine, a été déféré mercredi matin au tribunal à Paris, en vue d’une mise en examen par des juges antiterroristes.

Le parquet antiterroriste s’est saisi lundi de l’enquête, ouverte pour tentative d’assassinat aggravé en raison d’une appartenance religieuse, menaces de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique, crime et délit en lien avec une entreprise terroriste, et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.