Agression à Marseille: Le dessinateur Joann Sfar réagit au débat sur le port de la kippa

SOCIETE Sur son compte Instagram, Joann Sfar a réagi en dessins...

A.R.

— 

Un homme porte une kippa.
Un homme porte une kippa. — Martin Bureau afp.com

Après l'agression antisémite lundi envers un enseignant qui portait une kippa, le président du consistoire de Marseille a conseillé mardi soir de ne plus porter la kippa dans la rue, par sécurité. Le grand rabbin de France et le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) se sont élevés contre cette appel.

>> A lire aussi: VIDEO. Agression d'un prof à Marseille: Les juifs incités à ne plus porter la kippa

La polémique a inspiré le dessinateur Joann Sfar. L'auteur de la série Le Chat du Rabbin a publié sur son compte Instagram plusieurs dessins à ce propos.

 

Géronimo Cohen

Une photo publiée par Joann Sfar (@joannsfar) le 12 Janv. 2016 à 10h06 PST

 

 

 

Mesure désespérée

Une photo publiée par Joann Sfar (@joannsfar) le 12 Janv. 2016 à 10h47 PST

 

 

 

Et maintenant, le rabbi il va dansey...

Une photo publiée par Joann Sfar (@joannsfar) le 12 Janv. 2016 à 9h43 PST

 

 

Un lycéen turc d'origine kurde de 16 ans a agressé et blessé lundi dans une rue de Marseille un enseignant juif qui portait la kippa. La victime a d'abord été touchée au dos, puis est tombée.

L'adolescent a continué de frapper le professeur qui s'est défendu avec ses pieds et s'est protégé avec la Torah qu'il transportait. Dans un premier temps, l'agresseur a été qualifié de déséquilibré. Mais rapidement, l'enquête a montré qu'il s'agissait d'une agression antisémite.

 

 

Évitons le vocabulaire anxiogène

Une photo publiée par Joann Sfar (@joannsfar) le 11 Janv. 2016 à 8h57 PST

 

 

Raison garder

Une photo publiée par Joann Sfar (@joannsfar) le 11 Janv. 2016 à 9h54 PST

 

Le jeune s'est radicalisé sur Internet et dit avoir agi «au nom d'Allah» et du groupe État islamique.

>> A lire aussi: Agression d'un prof juif à Marseille: Ce que l'on sait sur l'adolescent radicalisé

>> A lire aussi: L'agresseur du professeur juif dit avoir «honte de ne pas l'avoir tué»

Cette agression intervient quelques mois après deux autres, assez similaires. En novembre, deux agressions avaient eu lieu dans des lieux différents de la ville, celle d'une femme musulmane voilée et celle d'un autre enseignant juif, à l'aide d'un couteau.

En octobre, trois juifs et un cantonnier avaient été agressés près d'une synagogue marseillaise, dont un avec un couteau. L'agresseur, fortement alcoolisé et connu des services de police, a été condamné à quatre ans de prison, dont 18 mois avec sursis.