Marseille: Christian Estrosi propose une «conférence régionale» à la gauche

POLITIQUE Le président de la région PACA, Christian Estrosi, a annoncé la création d’une « conférence régionale » avec la gauche…

M.P. avec AFP

— 

Christian Estrosi lors de ses vœux au personnel de la mairie de Nice.
Christian Estrosi lors de ses vœux au personnel de la mairie de Nice. — SIPA

Christian Estrosi a annoncé vendredi, lors de ses vœux à la presse à Marseille, la création d’une « conférence régionale ». Un temps nommé conseil territorial, celle-ci avait été annoncée par Christian Estrosi après son succès aux régionales, pour permettre l’expression des partis de gauche.

Christian Estrosi a évoqué « des acteurs de toute nature (…), économiques (…), politiques (…), culturels (…), intellectuels ». « C’est tous ceux-là, qui représentent pour beaucoup d’entre eux une part de la société civile, que je veux retrouver, parce que je sais la part qu’ils ont prise pour que ce soient les valeurs républicaines qui triomphent dans notre région », a-t-il indiqué. La composition de cette « conférence régionale » doit être précisée le 29 janvier.

Un déontologue au conseil régional

Christian Estrosi a aussi affirmé son intention de mettre en place « un déontologue » au sein du Conseil régional. Cette personnalité « qualifiée », une « magistrate professionnelle issue de l’ordre judiciaire », a-t-il précisé.

Sans dévoiler son nom, il a jouté qu’elle « aura pour rôle de contrôler le respect de la charte de déontologie signée par tous les élus de la majorité ». Néanmoins, elle pourra « s’intéresser bien évidemment à toutes les situations qui pourraient lui être signalées pour n’importe quel membre de l’ensemble de notre assemblée ».

Suppression des voitures de fonction

Christian Estrosi a également annoncé une « renégociation du plan Etat-région » 2015-2020, affirmant avoir eu un accord de Manuel Valls pour un avenant à ce plan signé en mai 2015 qui concerne les politiques d’aménagement du territoire.

Il a enfin promis une baisse de 25 % du budget de fonctionnement du conseil régional, avec une vice-présidence de moins, la suppression de voitures de fonction et une diminution par deux du budget de formation pour les élus, notamment.