Marseille: Corsica Maritima conteste le choix de Rocca comme repreneur de la SNCM

SOCIAL Corsica Maritima dépose un recours contre le choix de Rocca dans la reprise de la SNCM...

A.R. avec AFP

— 

Marseille le 28 février 2011 - Au 28 ème jour de greve des marins de la SNCM , les navires sont toujours bloqués à quai au port autonome
Marseille le 28 février 2011 - Au 28 ème jour de greve des marins de la SNCM , les navires sont toujours bloqués à quai au port autonome — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Le consortium d’entreprises Corsica Maritima, dont la candidature à la reprise de la compagnie maritime SNCM a été écartée par le tribunal de commerce de Marseille, a introduit un recours pour contester le choix de Rocca comme repreneur, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

>> A lire aussi : Patrick Rocca est désigné pour reprendre la SNCM, la grève est lancée

Ce recours sera examiné le 17 décembre, a indiqué le parquet de Marseille.

Le consortium d’entreprises dénonce « un manque d’impartialité »

Le groupe de l’entrepreneur corse Patrick Rocca a été choisi fin novembre par le tribunal de commerce de Marseille pour reprendre la SNCM qui avait été placée en redressement judiciaire en novembre 2014.

>> A lire aussi : Qui est Patrick Rocca, l’entrepreneur corse qui veut reprendre la SNCM ?

Le projet de Patrick Rocca, 50 ans, dont le groupe comprend 27 sociétés dans le transport, l’immobilier ou les déchets en Corse, prévoit la reprise de 845 salariés sur un peu plus de 1.400.

Trois autres projets de reprise avaient été déposés par Corsica Maritima, par le groupe Baja Ferries et par l’ex-directeur du port de Marseille Christian Garin, associé à l’armateur grec Arista.

Corsica Maritima qui a par ailleurs annoncé son intention d’ouvrir des lignes au départ de Toulon si son offre n’était pas retenue, a déposé un recours en tierce opposition, n’ayant pas le droit de déposer elle-même ce recours.

Selon une source proche du dossier, le consortium d’entreprises corse y dénonce notamment « un manque d’impartialité » dans le choix du repreneur, « les relations étroites entre la SNCM et Rocca » et reproche au tribunal de ne pas avoir pris en compte les 60 emplois supplémentaires prévus dans le projet de reprise de Corsica Maritima.