OM : «La saison dernière, c'était un peu dur», reconnaît Michy Batshuayi

FOOTBALL Son année derrière Gignac, ses ambitions avec Marseille et ses références, l’attaquant belge s’est confié à «La Provence»…

C.L.

— 

Michy Batshuayi le 6 décembre au Vélodrome à Marseille
Michy Batshuayi le 6 décembre au Vélodrome à Marseille — Franck PENNANT / AFP

Meilleur buteur de l’OM cette saison, seul en pointe, l’attaquant attachant de l’Olympique de Marseille est revenu, dans un entretien accordé à La Provence, sur son arrivée à Marseille. « La saison dernière, c’était un peu dur, reconnaît Michy. J’arrivais de Belgique, où j’avais beaucoup joué, c’était difficile de rester sur le banc. »

>> A lire aussi : Michy Batshuayi assure qu’il va rester

« On sera sur le podium en fin de championnat »

L’International belge explique cependant avoir beaucoup appris : « J’ai beaucoup observé Gignac, son agressivité, ses méthodes, la façon de varier son jeu en fonction des équipes adverses. J’ai vu sa rage de vaincre, son travail sur le pressing, dans les duels. Ça a été très important. »

Numéro un cette saison, le jeune joueur de 22 ans ne la joue pas petits bras avec l’OM. « Au niveau collectif, il faut vraiment essayer de gagner un trophée, pose tout de suite Batshuayi. Et je ne vois pas l’OM ne pas être en Ligue des champions la saison prochaine… On sera sur le podium en fin de championnat, vous pouvez demander à tous les joueurs. Ce serait un gros échec si on n’y figurait pas. »

« J’ai laissé quelques messages à des joueurs pros, sur Facebook »

Apprécié pour sa simplicité, l’attaquant est aussi connu pour engager facilement le dialogue avec les supporters sur Twitter, où la #TeamOM est très représentée. « Quand j’étais plus jeune, j’ai laissé quelques messages à des joueurs pros, sur Facebook. Il n’y avait pas encore Twitter. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance d’avoir de retour, se souvient-il. Quand les gens ont commencé à m’en envoyer, j’ai donc essayé de répondre. Une fois, deux fois, j’ai vu que ça leur plaisait et j’ai continué. Certains, parfois, sont fâchés, mais c’est le jeu, c’est normal. »

>> A lire aussi : Batshuayi, champion de l’autodérision, cherche ses ballons « sur Mars »

La plupart saluent la pugnacité et le sourire du gamin des environs de Molenbeek, ses références aussi. Ronaldo (le Brésilien) et Thierry Henry. « Ronaldo avait de la folie dans son jeu, explique Michy au quotidien régional, il fonçait vers les défenseurs, et même s’ils étaient quatre, il arrivait à les dribbler. » Ou Mark Landers, l’un des personnages d’Olive et Tom

« J’aime son côté rebelle, dur, sévère avec lui-même. C’est un vrai numéro 9, il ne pense qu’au but. Sa détermination est grandiose. Vous pouvez me poser des questions, je peux faire toute une interview sur lui ! »