Régionales 2015: Pour écouter la gauche, Christian Estrosi (LR) promet un «conseil territorial»

ÉLECTIONS Christian Estrosi a promis la création d’un « conseil territorial » pour que s’expriment « ceux qui ont fait le sacrifice de ne pas être au second tour »...

A.R. avec AFP

— 

Christian Estrosi (Les Républicains), le 6 décembre 2015.
Christian Estrosi (Les Républicains), le 6 décembre 2015. — AFP

Le candidat Les Républicains en Paca Christian Estrosi, seul en lice au second tour des régionales face à Marion Maréchal-Le Pen, a promis mardi la création d’un « conseil territorial » pour que s’expriment « ceux qui ont fait le sacrifice de ne pas être au second tour ».

« S’exprimer et se prononcer sur la vie de la collectivité »

« Si je suis élu, je ne peux imaginer que des milliers d’électeurs ne soient pas représentés. Je proposerai donc la création d’un Conseil territorial, qui permette à ceux qui ont fait le sacrifice de ne pas être candidat au second tour par esprit républicain, de pouvoir s’exprimer et se prononcer sur la vie de la collectivité », déclare Chrsitian Estrosi dans La Provence.

« Je réunirai également une fois par an une session à laquelle je convierai toutes les forces politiques de la région qui auraient pu avoir des élus et à qui je donnerai la parole », poursuit-il.

>> A LIRE AUSSI Régionales 2015: La décision de retirer la liste PS en PACA divise la gauche régionale

>> A LIRE AUSSI Régionales 2015: La gauche n’est pas « morte », mais va devoir « offrir un autre visage » en PACA

« Enfin, je m’engage à consulter les représentants des différents partis avant les temps forts de la vie du Conseil régional. Je pense au budget, ou encore aux investissements importants que j’entends engager si je suis élu », ajoute encore le député-maire de Nice.

Madrolle veut des « engagements concrets »

Ces propositions sont jugées insuffisantes pour Christophe Madrolle, ex-tête de liste PS-UDE-PRG dans les Bouches-du-Rhône. « Pour remobiliser à gauche, votre appel au rassemblement doit aller plus loin et plus concrètement », écrit-il dans une lettre envoyée à Christian Estrosi.

Il lui demande des « engagements concrets » sur l’économie sociale, la culture et la solidarité, pour « offrir à un électorat de gauche, troublé, un signe fort qui pourrait lui permettre de se mobiliser sans avoir l’impression de renoncer à ses valeurs ».

En Provence-Alpes-Côte-d’Azur, la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen est arrivée largement en tête dimanche soir, avec 40,55 % des voix, devant Christian Estrosi (26,48 %) et le candidat socialiste Christophe Castaner (16,59 %). Ce dernier a retiré sa liste au second tour, suscitant des critiques chez certains de ses soutiens et chez EELV et le Front de Gauche.

>> Tous les résultats des élections par ici