Bernard Laporte répond à Pierre Camou et sa «soudaine envie de communiquer»

RUGBY C'est parti pour un ping-pong par communiqué interposé...

C.L.

— 

Bernard Laporte le 23 mai 2014 à un entraînement de son équipe.
Bernard Laporte le 23 mai 2014 à un entraînement de son équipe. — Huw Evans Agency/REX/REX/SIPA

Pierre Camou est sorti de sa réserve ce jeudi. Critiquant avec virulence l’email envoyé aux présidents de club par Bernard Laporte, pour les encourager à prendre part à l’assemblée générale du 5 décembre, l’actuel patron de la FFR a dénoncé un propos « accusateur et mensonger ». Bernard Laporte n’a pas tardé a lui renvoyé la pareille, taclant dans un communiqué envoyé ce jeudi soir, « son silence depuis le désastre de la Coupe du Monde « et » le contexte électoral « relié à » cette « soudaine et impérieuse envie de communiquer ».

Sur le fond, la mésentente juridique sur les décisions liées au vote décentralisée, Bernard Laporte laisse « le soin aux juristes de débattre » invoquant « une tout autre interprétation des textes ». « Par contre nous pouvons tous constater une évidence dans les propos de Pierre puisqu’il le reconnaît lui-même : les modifications des statuts proposées samedi enterrent le vote décentralisé. »

La fameuse ordonnance du 23 juillet 2015

Après cet état de fait, le candidat et manager du RC Toulon maintient son encouragement : voter contre l’annulation du vote décentralisé à l’assemblée générale extraordinaire de samedi. « Je lui propose que mes équipes travaillent avec les siennes afin de leur apporter toutes les informations qui semblent leur manquer comme la décision du Conseil d’Etat », poursuit l’ancien sélectionneur du XV de France.

Bernard Laporte fait ici référence à l’ordonnance du 23 juillet 2015, ayant mis fin à la nécessité d’aval du ministère de l’Intérieur sur les décisions de la FFR. Ce texte ne forcerait ainsi plus, selon le Varois, à enterrer le vote décentralisé. Camou ne partage pas ce point de vue.