Marseille: Le premier restaurant solaire de France devrait ouvrir l'été prochain

INITIATIVE Le restaurant va être autonome en énergie...

A.R.

— 

La cuisine solaire mobile. Lancer le diaporama
La cuisine solaire mobile. — Association Rêves germés

A l’origine, il est ingénieur en construction aéronautique. Mais il en avait assez « d’être derrière un bureau ». Alors, il est passé derrière les fourneaux. Un CAP de cuisinier en poche, Pierre-André Aubert fait d’abord ses armes dans plusieurs établissements. Aujourd’hui, il combine ses deux compétences et propose d’ouvrir à l’été 2016, un restaurant solaire à Aubagne.

 

Dessin du restaurant - Olivier Nattes

 

« Le Présage » va être un restaurant autonome en énergie : « réfrigérateur solaire », phytoépuration, recyclage des déchets dans un méthaniseur, production maraîchère à proximité, et même un fourneau de cuisine solaire.

« J’ai construit un fourneau de cuisine professionnelle qui respecte les gestes d’un cuisinier, souligne Pierre-André Aubert. Il faut brancher le soleil dessus et ensuite on n’a plus qu’à se concentrer sur la cuisine. C’est comme les plaques coup de feu qui fonctionnent habituellement au gaz ».

« L’idée est de proposer une expérience unique dans le temps et dans l’espace : produire des énergies localement pour être en relation avec le temps et l’environnement », estime le cuisinier. Pas de carte à rallonge ici, « juste trois plats ». Mais des plats composés de produits locaux, « dans la même gamme de prix » qu’un restaurant classique, entre « 13 et 25 euros ».

Pour accélérer la mise en œuvre du projet déjà bien abouti sur le papier, un financement participatif est lancé sur Ulule. Les 8.600 euros récoltés vont notamment servir à améliorer le fourneau et créer « un miroir secondaire elliptique ».

 

La cuisine mobile - Association Rêves germés

 

Depuis deux ans, Pierre André et son équipe, expérimentent une cuisine solaire mobile, avec un miroir de… quatre mètres de hauteur. « L’installation est trop lourde : il faut repérer le trajet pour éviter les ponts ou les tunnels trop bas et compter 1/2 journée d’installation et de démontage avec l’aide de trois personnes », souligne le cuisinier.

Pour expliquer sa démarche, il est ce mercredi 2, le 9 et le 16 décembre sur le marché paysan du cours Julien (6e), où il propose une tisane chauffée à l’énergie solaire.

 

Vendredi 4 et 11 décembre, l’équipe du restaurant a également rendez-vous chez le maraîcher bio Jérôme Laplane pour des tisanes et du vin chaud.