Marseille: «Lunettes pour tous» va ouvrir une boutique de 500m2

ECONOMIE L’enseigne «Lunettes pour tous» va s'installer à Préfecture-Paradis et proposer des montures et verres «à moins de dix euros en moins de dix minutes»...

A.R.

— 

Lyon, le 9 avril 2015. Après Paris, Paul Morelt, 25 ans, ouvre sa seconde boutique Lunettes pour tous à Lyon le 10 avril 2015. Les paires de lunettes y sont vendues à partir de 10 euros.
Lyon, le 9 avril 2015. Après Paris, Paul Morelt, 25 ans, ouvre sa seconde boutique Lunettes pour tous à Lyon le 10 avril 2015. Les paires de lunettes y sont vendues à partir de 10 euros. — Elisa Riberry / 20 Minutes

Elle était d’abord prévue en septembre. Mais finalement, l’ouverture devrait se faire pour fin février. L’enseigne Lunettes pour tous va ouvrir une boutique de 500 m2 dans le secteur Préfecture-Paradis (6e), contre 300 m2 à Paris ou Lyon, et recrute actuellement quarante personnes en CDI.

>> A lire aussi : L’enseigne « Lunettes pour tous » débarque à Marseille

« On voulait prendre notre temps après l’ouverture de la boutique à Lyon pour adapter notre offre et proposer un modèle spécifique à la province », explique Paul Morlet, le patron de Lunettes pour tous. Dans tous ses magasins, le concept, soutenu par des partenaires financiers dont le fondateur de Free Xavier Niel, reste identique. Le prix d’appel est à 9,99 euros (29,99 euros pour des verres progressifs). Le tout en moins de dix minutes.

>> A lire aussi : Il conquiert le monde avec ses lunettes branchées aux verres personnalisés

Des collections spéciales pour Marseille

L’entrepreneur autodidacte, créateur des lunettes à verres personnalisables Lulu frenchie, a appris de l’expérience lyonnaise. « A Paris, les clients repartent tout de suite avec les lunettes, mais à Lyon, l’argument "moins de 10 minutes" a moins d’impact, détaille Paul Morlet. Les clients sont présents et ils achètent, mais ils vont par exemple demander des devis puis revenir le lendemain acheter les lunettes, raconte le patron, lui-même Lyonnais. On préfère s’adapter aux villes dans lesquelles on s’implante. »

A Marseille, des collections seront « dédiées à la ville, portant le nom de lieu commun » marseillais. L’année prochaine, après la deuxième ville de France, l’entrepreneur de 25 ans compte également ouvrir à Bordeaux et à Lille.