Marseille: Une association demande à Royal de saisir le Conseil d'Etat sur les boues rouges

ENVIRONNEMENT Une association demande à Ségolène Royal de saisir le Conseil d’État sur l’autorisation donnée à Altéo de poursuivre le rejet de boues rouges dans les calanques…

A.R. avec AFP

— 

Site de MangeGarri à Gardanne où des résidus de bauxite sont stockés sous forme solide par Alteo, le 8 octobre 2010.
Site de MangeGarri à Gardanne où des résidus de bauxite sont stockés sous forme solide par Alteo, le 8 octobre 2010. — AFP PHOTO / ANNE-CHRISTNE POUJOULAT

Une association a écrit dimanche à la ministre de l’Écologie Ségolène Royal pour lui demander de saisir le Conseil d’État sur l’autorisation donnée à Altéo de poursuivre le rejet de résidus issus de la production de bauxite, dits boues rouges, dans les calanques de Marseille.

>> A lire aussi : Les questions qui se posent sur l’autorisation de rejet de boues rouges

« Nous souhaitons que la ministre saisisse le Conseil d’État afin de demander un avis consultatif sur la question du domaine public maritime », écrit Alain Matesi, le président de l’association CoLLecT-IF", dans une lettre à Ségolène Royal.

Alain Matesi a souligné la gravité des « conséquences d’une possible décision favorable à une autorisation » de rejet de résidus dans ce parc national.

Le préfet de région doit prendre une décision d’ici la fin de l’année

Dans un avis du 23 octobre, la commission d’enquête publique avait donné « un avis favorable à la demande de concession du domaine public maritime » formulée par l’industriel Altéo. Le préfet de Région doit prendre une décision « d’ici la fin de l’année », selon la préfecture.

« Je ne suis pas favorable au renouvellement, maintenant on discute, il faut inventer la mutation de ce site » a déclaré Ségolène Royal dimanche sur Europe 1.

>> A lire aussi : Le Parc des calanques prolonge de 30 ans l’autorisation des rejets liquides

Depuis près de 50 ans, cette usine, un ancien site de production d’alumine situé à Gardanne, près d’Aix-en-Provence (Bouches du-Rhône), racheté en 2012 par le fonds d’investissement américain HIG, bénéficie d’un droit à expédier en mer ces résidus, à 7 km au large de Marseille et Cassis. Cette autorisation de rejet doit prendre fin le 31 décembre. Altéo demande son renouvellement pour les 30 prochaines années.