RC Toulon: Pour Ma'a Nonu, Toulon est «the place to be»

RUGBY Le joueur néo-zélandais aux 105 sélections chez les All Blacks a débarqué ce lundi sur la rade varoise...

C.L.

— 

Ma'a Nonu est arrivé à Toulon le 23 novembre 2015
Ma'a Nonu est arrivé à Toulon le 23 novembre 2015 — RCT

Ses enfants sous le bras, la légende Nonu est arrivé à Toulon ce lundi. Le centre a été accueilli par Mourad Boudjellal à Marignane ce matin. « C’est la première fois qu’un président vient me chercher à l’aéroport », a noté le Néo-Zélandais, saluant la « très bonne réputation » du patron toulonnais de l’autre côté de la planète.

>> A lire aussi : Cinq choses à savoir sur Ma’a « le roc » Nonu avant qu’il débarque au RC Toulon

« Basta, je l’ai vu grandir »

Calme et peu prolixe en conférence de presse, Nonu s’est dit pressé de jouer : « Je viens ici pour de nouvelles aventures. Ici, maintenant, c’est chez moi. » Mis au parfum par Tana Umaga, Sony Bill Williams ou Matt Giteau « après la finale », la tornade black a assuré que Toulon était « the place to be » pour jouer au rugby comme pour installer sa famille.

Et pour côtoyer les meilleurs joueurs français. Comme Mathieu Bastareaud ? « Basta, je l’ai vu grandir, a commenté Nonu, j’espérais qu’il jouerait mieux en Coupe du monde. »

« On verra si cette génération sera celle qui va tout perdre »

Sans doute dans l’avion pendant la défaite des Toulonnais en Coupe d’Europe face aux Wasps, Nonu a appris la nouvelle ce matin de la bouche de Mourad Boudjellal. « La première chose qu’il m’a demandée, c’est si Matt [Giteau] jouait », s’est amusé le président. Qui en a profité pour livrer son analyse d’un match très bien préparé par les Anglais selon lui.

« On est passé à côté, a simplement dit le président. On a eu une génération qui a tout gagné. On verra si cette génération sera celle qui va tout perdre. »


Boudjellal a au passage annoncé la couleur de ses attentes envers l’ancien Hurricane aux 105 sélections en noir : « On n’a jamais signé le passé d’un joueur. Le passé c’est magnifique mais on signe l’avenir. » La retraite dorée, non merci.