Marseille: Un Aixois est champion du monde du squash

SQUASH Le Français Grégory Gaultier a remporté le titre mondial 2015 à sa cinquième apparition dans une finale d'un Championnat du monde de squash...

C.L. avec AFP

— 

Photo fournie par Squash Australia le 13 août 2010 montrant le joueur français Grégory Gaultier après sa victoire contre l'Egyptien Karim Darwish en quart de finale de l'Open d'Australie à Canberra
Photo fournie par Squash Australia le 13 août 2010 montrant le joueur français Grégory Gaultier après sa victoire contre l'Egyptien Karim Darwish en quart de finale de l'Open d'Australie à Canberra — Squash Australia Squash Australia

Le natif d’Aix-en-Provence Grégory Gaultier a remporté le titre mondial 2015 à sa cinquième apparition dans une finale d’un Championnat du monde de squash, dimanche à Seattle aux Etats-Unis. Le numéro 3 mondial a dominé l’Egyptien Omar Mosaad 3 jeux à 0 (11-6, 11-7, 12-10) en 58 minutes. Il est seulement le deuxième Français à décrocher la couronne mondiale, après Thierry Lincou, en 2004.

« The French General »

Celui qui est surnommé « The French General » sur le circuit professionnel avait laissé échapper le titre mondial à quatre reprises, en 2006 -malgré cinq balles de match en sa faveur-, 2007, 2011 et 2013. Il n’a pas rejoint dans l’histoire du squash l’Australien Chris Dittmar, battu à cinq reprises en finale mondiale dans les années 1980, face aux légendes pakistanaises Jahangir et Jansher Khan.

« C’est un soulagement », a reconnu l’ancien N.1 mondial qui a hurlé, à genoux, sa joie après le dernier point. « Depuis que je suis enfant, je rêve de ce titre, peut-être que je me suis mis trop de pression par le passé », a souligné l’Aixois, marié à une joueuse tchèque. « J’avais perdu quatre finales et je commençais à me demander si j’allais y arriver, mais j’ai continué à croire en moi et à travailler dur », a-t-il insisté.

Presque tous ses matchs en trois jeux

Gaultier, âgé de 32 ans, avait vu son tableau s’éclaircir après les éliminations prématurées des triples champions du monde Ramy Ashour (4e mondial) et Nick Matthew (N.2) ou encore du numéro 1 mondial, l’Egyptien Mohamed El Shorbagy. Mais il a remporté tous ses matches en trois jeux à l’exception de son quart de finale où il a été poussé dans ses derniers retranchements par l’Egyptien Ali Farag (33e mondial) 3 jeux à 2 (5-11, 11-8, 10-12, 11-1, 11-3). Il n’a pas oublié les victimes des attentats meurtriers de Paris : « Notre monde devrait être en paix, chaque personne a le droit au respect. Aujourd’hui, on s’est affronté en finale, mais c’était un affrontement avec beaucoup de respect sur le court et en dehors », a-t-il conclu.