Marseille: Les clients reviennent «peu à peu» aux Terrasses du port

SOCIETE Le centre commercial a connu une baisse de fréquentation depuis le 13 novembre...

A.R.

— 

L'entrée des Terrasses du port.
L'entrée des Terrasses du port. — A.Rancoule / 20 Minutes

Il pensait ce dimanche éviter la foule aux Terrasses du Port. « Avec les attentats, je croyais que les gens seraient encore restés chez eux, raconte Antoine. Il n’y a pas énormément de monde, mais je suis assez surpris de voir toutes ces familles ». Lui, « ne pense pas à la peur », il veut « aller vite » mais parce qu’il « n’aime pas forcément les centres commerciaux ». Depuis le vendredi 13 novembre, date des attentats à Paris, la fréquentation du centre commercial a chuté de près de 20 %.

« Côté sécurité, je crois qu’on peut dire que des choses sont faites »

L’abattement sûrement, puis rapidement « la peur ». Avec son mari et son bébé dans la poussette, Charline vient de terminer ses achats. « C’est sûr que je ne suis pas sereine à 100 % mais il y a des vigiles de partout qui surveillent. Les sacs sont fouillés à l’entrée, on doit ouvrir nos vestes. Bon, côté sécurité, je crois qu’on peut dire que des choses sont faites », estime la jeune mère.

La semaine dernière, des rumeurs de fusillade dans les centres commerciaux ont circulé sur les réseaux sociaux, portant aussi préjudice à la fréquentation des magasins. Quelques jours après, Stéphane Bouillon, le préfet des Bouches-du-Rhône y mettait un point final catégorique. « On ne va pas laisser les gens aller dans un centre commercial s’il y a des risques », a-t-il fermement souligné.

A lire aussi : Attention, une fausse alerte circule en Provence

« Le préfet a démenti et d’une façon plus générale, je pense que l’ambiance était morose durant toute la semaine, estime Sandra Chalinet, la directrice des Terrasses du port. Depuis samedi, les gens reviennent. Le bouche-à-oreille a bien marché : il y a des vigiles et des filtrages à chaque accès, aux ascenseurs, au parking etc. Les achats vont se faire ».

« Il ne faut pas rester dans la psychose »

Et le week-end prochain marque le début de la saison des achats de Noël. Dans cinq jours, c’est « le black Friday », littéralement « vendredi noir », une opération commerciale née aux Etats-Unis pendant laquelle les commerces font des promotions au lendemain du jeudi de Thanksgiving. En raison des attentats, la journée sera rebaptisée « crazy promo » aux Terrasses.

« Avec ce froid, je serais bien restée chez moi mais je devais venir repérer des chaussures, sourit Eve. Il ne faut pas rester dans la psychose, estime-t-elle. Je conseille d’ailleurs à tout le monde d’éteindre la télé et de sortir s’aérer, de revenir peu à peu dans des lieux publics, ça fait du bien ».