Marseille: «Ils ont sorti un couteau et l’ont tailladé partout»

FAITS DIVERS Le professeur d'histoire juif qui s'est fait agresser mercredi soir dans le 13e arrondissement de Marseille est sorti de l'hôpital...

Mickael Penverne

— 

L'agression s'est déroulée dans le 13e arrondissement.
L'agression s'est déroulée dans le 13e arrondissement. — AFP

Deux jeunes hommes sont postés à l’entrée du centre communautaire Yavné, situé dans le 13e arrondissement de Marseille. Ils affirment faire partie du personnel de l’établissement mais ils refusent de laisser entrer les journalistes et leur interdit même de prendre des photos. Le ton est ferme mais pas agressif : « Il faut nous comprendre, après ce qui s’est passé… » C’est ici que travaille le professeur d’histoire qui s’est fait agresser mercredi vers 20 heures par trois individus cagoulés.

Au bout de quelques minutes, les deux jeunes « gardiens » finissent par se détendre et racontent l’agression. « Il rentrait chez lui, pas très loin d’ici, avec sa kippa sur la tête parce qu’il ne porte jamais de casquette. Trois hommes cagoulés l’ont interpellé, ils lui ont demandé s’il était juif. Il a répondu oui. Ils se sont mis alors à l’insulter, puis à le frapper. Après ils ont sorti un couteau et l’ont tailladé partout. Heureusement, comme il fait froid, il avait une doudoune, ce qui l’a un peu protégé ».

Condamnation unanime

Ses agresseurs ont exhibé « un tee-shirt à l’effigie de Daesh et lui ont montré sur un téléphone portable des photos de Mohamed Merah », a précisé à l’AFP le procureur de la République, Brice Robin. C’est l’arrivée d’une voiture dans la rue qui fera fuir les assaillants et sauvera l’enseignant. Blessé aux bras, aux jambes et au ventre, il a passé la nuit à l’hôpital. Il « se remet lentement de ses blessures physiques mais reste fortement choqué d’avoir été attaqué avec autant de violence et de détermination », a indiqué jeudi Michèle Teboul, présidente du CRIF-PACA dans un communiqué.

L’agression a été condamnée par la classe politique marseillaise, y compris le Front national qui détient la mairie de secteur. « L’antisémitisme, le racisme sous toutes ses formes et le terrorisme qui en découle sont les fléaux de notre société, rappelle de son côté le député européen (LR) Renaud Muselier. Seule la République peut et doit montrer sa force pour mettre fin à ce climat délétère ». Quelques heures plus tôt, une jeune femme voilée s’était fait agresser par un individu à la sortie du métro marseillais. Après l’avoir traitée de « terroriste », l’agresseur lui a asséné un coup de poing.

Un appel à la tolérance

De son côté, Jean-Claude Gaudin a rassemblé jeudi matin à l’Hôtel de ville les dignitaires religieux de la ville qui composent Marseille Espérance. Ensemble, ils ont lancé un « appel à la tolérance ». « Nous dénonçons toutes sortes de violences exercées de manière irresponsable à l’égard de quiconque à cause de son appartenance, réelle ou supposée, à telle communauté ou à telle religion, a déclaré notamment l'association. Ce n’est pas ainsi que l’on bâtit l’avenir ».

Ce matin j'ai rencontré les dignitaires religieux membres de Marseille Espérance. Tous ensemble, face à l'horreur qui...

Posté par Jean-Claude Gaudin sur jeudi 19 novembre 2015

 

Retour au centre communautaire Yavné. Les deux « employés » qui gardent l’entrée de l’établissement saluent les rares passants qui passent sur le trottoir. « D’habitude, la rue est calme même si parfois il y a des insultes, dit l’un d’entre eux. On voit des mecs en bagnole qui passent et font un doigt d’honneur. Ils provoquent surtout les militaires (postés à l’entrée et à la sortie des classes dans le cadre du plan Vigipirate). Mais des agressions physiques, ça non, on ne peut pas dire ça. C’est la première fois ».