Mort de Jonah Lomu: A Vitrolles, il a été «une bouffée d'oxygène», raconte David Gérard

RUGBY L'ancien deuxième ligne de Toulou a cotoyé Lomu au Marseille Vitrolles Rugby...

C.L.

— 

Jonah Lomu pendant son année à Vitrolles en 2009. Ici à Carcassonne.
Jonah Lomu pendant son année à Vitrolles en 2009. Ici à Carcassonne. — DAMOURETTE/SIPA

Débarquer dans un club méconnu du sud de la France quand on s’appelle Jonah Lomu. L’initiative paraît folle. L’idée l’est encore plus quand ses anciens coéquipiers évoquent un partenaire comme les autres, qui essayait de « s’intégrer comme un joueur lambda en faisant ses preuves. Il a été une bouffée d’oxygène pour nous », raconte David Gérard, ancien deuxième ligne du Marseille Vitrolles Rugby.

>> A lire aussi : A Vitrolles, « on a cherché des solutions pour qu’il retrouve du plaisir »

« Tout ce qu’il faisait, il le faisait comme un enfant »

Décédé le 18 novembre, Jonah Lomu est « parti trop tôt », poursuit le consultant de Sud Radio : « Il s’est battu pour rester en vie. Au-delà de perdre une icône, on perd un mec bien. Il savait qu’il était passé pas loin de la mort. Tout ce qu’il faisait, il le faisait comme un enfant. »

Un an coéquipier du All Black, David Gérard a aussi eu l’occasion de voir l’ailier à l'oeuvre en équipe de France en 1999. « Ce n’était plus le tracteur de 1995 mais il avait de beaux restes », se souvient-il.