OM-Nice: Les Aiglons freinent les Marseillais dans leur élan (0-1)

FOOTBALL L'OGN Nice a mis fin à la série de victoires de l'OM...

C.L.

— 

Karim Rekik à la lutte avec Hatem Ben Arfa le 8 novembre à Marseille
Karim Rekik à la lutte avec Hatem Ben Arfa le 8 novembre à Marseille — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Quatre victoires d’affilée, c’était peut-être trop demander. Les supporters à nouveau au complet grâce à la réouverture des virages, misaient sur un derby qui acterait pour de bon la relance marseillaise. Mais privés de quatre joueurs décisifs (Diarra, Nkoulou, Alessandrini et Cabella), l’OM n’a pas réussi à confirmer sa série de trois victoires, championnat et Ligue Europa réunis. Dans une mauvaise passe après trois matchs sans victoire, l’OGN Nice renoue, lui, avec le succès. Profitant d’un OM fragile en défense et maladroit en attaque.

La cruelle absence de Lassana Diarra

« Il y a des choses à régler en défense » disait un Michel adepte du turn-over. Préféré au très contesté Rolando, Rekik était aligné ce dimanche avec Sparagna. Le duo n’a pas fait de merveilles ce soir, sans Nkoulou, patron de la défense.

Le problème, c’est qu’en l’absence de Diarra, suspendu, ça pèche aussi au centre, dont les ballons ont vraiment du mal à émerger. Résultat, comme souvent cette saison, le nombre de frappes est inversement proportionnelle aux tirs cadrés (zéro).


« Allez les chèvres »

Forcément, Nice en profite. Ben Arfa régale pour son retour au Vélodrome, autant que Pied et Wallyson. Ce dernier livre une passe magnifique dans le dos de la défense jusqu’à Germain. Mal alignés, Rekik et Sparagna permettent au joueur de 26 ans de frapper à ras de terre. Mandanda laisse le ballon rentrer sur sa droite (16’).

Lassés par les imprécisions, les supporters s’agacent. Des sifflets descendent des virages, accompagnés de cinglants « Allez les chèvres » et « Mouille le maillot ou casse-toi ». Les retrouvailles sont scellées. L’OM a deux semaines de trêve internationale pour digérer.