«Air Cocaïne»: Nicolas Pisapia écrit une «lettre ouverte» aux médias

SOCIETE Le passager du Falcon, originaire des Bouches-du-Rhône, réaffirme son innocence depuis Punta Cana...

M.P.

— 

Nicolas Pisapia à Punta Cana, en République dominicaine le 27 octobre 2015
Nicolas Pisapia à Punta Cana, en République dominicaine le 27 octobre 2015 — DANNY ALVEAL AFP

Condamné à 20 ans de prison pour trafic de drogue et placé en liberté surveillée en République Dominicaine, Nicolas Pisapia réaffirme son innocence dans une « lettre ouverte aux médias » datée du 1er novembre.

« Aujourd’hui encore je ne suis coupable de rien, écrit-il. Il n’existe pas dans ce dossier et dans cette affaire d’indices graves et concordants laissant présumer que je participe ou ai participé à l’accomplissement d’un crime ou d’un délit. Le dossier d’accusation est totalement vide dans son contenu. Il n’y a absolument aucune preuve contre moi ».

Mensonges et calomnies

Dans ce courrier, Nicolas Pisapia revient également sur la fuite en France des deux pilotes du Falcon, Pascal Fauret et Bruno Odos, qui « va à l’encontre de tout ce qui a été fait jusqu’à présent et fragilise la situation de ceux qui restent devant la justice dominicaine ». « Je suis très inquiet », ajoute-t-il.

Nicolas Pisapia pointe du doigt ensuite le « déferlement (…) de mensonges et de calomnies » dans les médias et prévient : « Avec mes avocats, dorénavant, nous poursuivrons systématiquement toutes les personnes qui relaieront la violation du secret de l’instruction, ainsi que les auteurs de ce délit ».

Il y a quelques jours, sa famille, installée à Velaux près d’Aix-en-Provence, et ses proches ont créé une association de soutien pour lui venir en aide.