Marseille: La psychiatre Danièle Canarelli définitivement relaxée

JUSTICE La Cour de cassation a confirmé le jugement de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, qui avait notamment écarté toute faute caractérisée dans le meurtre commis par un patient dont la praticienne avait la charge…

20 Minutes avec AFP

— 

Le procès du Docteur Psychiatre Daniele Canarelli en novembre 2012.
Le procès du Docteur Psychiatre Daniele Canarelli en novembre 2012. — VILLALONGA KARINE/SIPA

La Cour de cassation a confirmé la relaxe d’une psychiatre, Danièle Canarelli, dont le patient avait tué un parent à coup de hachette, a-t-on appris vendredi de sources concordantes. Initialement poursuivie pour homicide involontaire à la suite du meurtre commis par un patient dont elle avait la charge de 2000 à 2004, le docteur psychiatre Danièle Canarelli avait été relaxée en 2014 en appel.

Son patient, Joël Gaillard avait fugué de l’hôpital Edouard-Toulouse de Marseille vingt jours plus tôt avant de tuer à coup de hachette, le 9 mars 2004 à Gap, Germain Trabuc, 83 ans, compagnon de sa grand-mère. Joël Gaillard avait été jugé irresponsable pénalement en janvier 2005 en raison de ses troubles psychiatriques.

Pas « une science exacte »

La praticienne avait quant à elle été condamnée, en décembre 2012, à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Marseille. La justice avait estimé que « les défaillances relevées » dans le suivi de Joël Gaillard à l’hôpital Edouard-Toulouse, étaient « à l’origine de l’errance du patient, de la fuite de l’établissement puis du passage à l’acte ».

Le procès du Dr Canarelli avait ému la profession, montrée du doigt, qui s’était alors défendue arguant que la psychiatrie n’était pas « une science exacte ». Un peu plus d’un an plus tard, en février 2014, la cour d’appel d’Aix-en-Provence avait relaxé la psychiatre.

L’avocate générale avait alors écarté toute « faute caractérisée » du Dr Canarelli et tout lien de causalité avec le crime, demandant par ailleurs aux juges de « constater la prescription de l’action publique » qui expirait en mars 2007, trois ans après les faits. Cette relaxe a été confirmée le 15 septembre par la chambre correctionnelle de la Cour de cassation.

« Nous avons toujours soutenu que Mme Canarelli ne pouvait pas être condamnée car le seul auteur du meurtre de Mr Trabuc est Mr Gaillard. Ma cliente va pouvoir maintenant tourner la page », a réagi Me Sylvain Pontier, l’avocat marseillais de Danièle Canarelli.

« Il est extrêmement dommage que le débat de fond n’ait pas été tenu. Mme Canarelli est relaxée sur un strict argument de procédure de la prescription », a fait savoir l’avocat de la famille Trabuc, Me Gérard Chemla, du barreau de Reims. « On ne peut pas exclure que le débat soit, dans un cas similaire, de nouveau posé aux juges. La Cour de cassation n’a pas proclamé l’irresponsabilité pénale du médecin psychiatre », a soutenu l’avocat.