Marseille : Une élue PS victime d'une insulte antisémite ?

RACISME Un sketch d'Elie et Dieudonné aurait été détourné...

20 Minutes avec AFP

— 

Relief au Palais de Justice de Paris, représentant le glaive et la balance de la justice
Relief au Palais de Justice de Paris, représentant le glaive et la balance de la justice — Jacques Demarthon AFP

Le sketch culte «Cohen et Bokassa» de feu Elie et Dieudonné, qui dénonce le racisme entre communautés et les clichés, utilisé à contre-emploi pour stigmatiser une élue PS juive ? La conseillère municipale Annie Lévy-Mozziconacci, a dénoncé au procureur de la République des faits d'incitation à la haine après une altercation avec une élue de droite qui l'a plusieurs fois appelée publiquement «Mme Cohen».

C'est l'élue LR, membre de la majorité municipale, Nora Presiozi qui aurait tenu ses propos. 

Un silence complice

Le 9 septembre, lors d'un conseil d'arrondissement, Mme Lévy-Mozziconacci avait posé une question «concernant une délibération de l'adjointe à l'Education». «Je vais répondre à Mme Cohen», avait répondu la conseillère Nora Preziosi, répétant à plusieurs reprises ce patronyme comme dans le sketch  puis venant se placer «de façon hostile directement devant elle», relève le courrier adressé au Parquet, daté du 8 octobre, que s'est procuré l'AFP.

«Je suis très choquée qu'une élue de la République ait pu stigmatiser une autre élue dans un silence complice», a expliqué à l'AFP la conseillère municipale socialiste.

Des témoignages en faveur de l'élue socialiste

Plusieurs personnes qui ont assisté à cet échange, ont témoigné en faveur de l'élue socialiste. Médecin généticien et enseignante-chercheuse à l'université de Méditerranée, Mme Lévy-Mozziconacci s'est engagée en politique lors des dernières municipales derrière la tête de liste PS, Patrick Mennucci.

«Sur le plan humain, je comprends l'émotion de Mme Lévy-Mozziconacci mais je déplore l'instrumentalisation politicienne et médiatique qui en est faite», a déclaré à l'AFP le maire LR de secteur Yves Moraine qui, le 9 septembre, présidait le conseil d'arrondissement.

Lors de la campagne des municipales, une affiche de Mme Lévy-Mozziconacci avait été taguée. Le visage de l'élue avait été affublé d'une longue barbe et de papillotes, à l'image d'un juif orthodoxe.