Le rugby, l’autre sport qui tente d'exister à Marseille

RUGBY Le rugby peut-il faire son trou malgré l’omniprésence du foot?...

Christine Laemmel

— 

Christian Labit, entraîneur du Provence Rugby le 31 juillet 2015
Christian Labit, entraîneur du Provence Rugby le 31 juillet 2015 — Pascal RODRIGUEZ/SIPA

Plus 10 % d’inscrits cette année. « A chaque match passé par le XV de France, les gens parlent de plus en plus du rugby ». Denis Philippon croise les doigts pour que Bastareaud et ses coéquipiers aillent jusqu’en finale du mondial. En attendant, il tient les comptes.

>> A lire aussi: Notre reportage dans une boutique de rugby à Marseille

Le rugby a 7.500 licenciés dans tout le département. C’est presque trois fois moins qu’en football. Alors pour le président du Pays d’Aix Rugby Club (PARC), l’aiguille a du mal à bouger. N’appelez d’ailleurs plus son club le PARC. Depuis fin juin, c’est le Provence Rugby. Cap au sud. Vers la très footballistique cité phocéenne. « Sur le logo, les deux villes d’Aix et Marseille sont mentionnées, c’était très important pour nous », prend soin de préciser le nouveau patron.

« Il y aura bientôt une grande équipe de rugby à Marseille »

Remonté en Pro D2, le club voit grand. Affichant sans complexe l’ambition de donner à la deuxième ville de France un club de rugby à la hauteur de ce que l’OM est au foot. « Contrairement à ce que certaines personnes mal renseignées prétendent, Marseille est une terre de rugby. » Il y a 50 ans, le rugby pouvait attirer jusqu’à 100.000 personnes dans les rues de Marseille lors d’une simple tournée de l’équipe nationale et le ballon ovale remplissait le Stade Vélodrome. Difficile à croire quand on slalome entre les maillots et l’OM dans les rues de la ville ? Pas pour Denis Philippon. « A chaque fois que le XV de France joue à Marseille, c’est archi-bondé, argumente celui qui est aussi président fondateur de Voyage Privé. Les élus poussent derrière nous et on a projet de nouveau stade de 10.000 places en cours. C’est un foyer qui attend une étincelle. »

Comme un club qui s’impose au plus haut niveau. Le PARC l’a déjà fait mais joue au yoyo entre la Pro D2 et l’amateurisme. Avec son nouveau nom, le club espère enfiler le costume de meneur de la cause provençale de l’ovalie qui va avec. « Dans chaque grande ville, il y a un club de foot et un club de rugby de haut niveau. Il n’y avait qu’à Lille et à Marseille que ce n’était pas le cas. Chez nous, ça se passera dans les prochaines années, c’est une évidence. Il y aura bientôt une grande équipe de rugby à Marseille. » Encore plus vite si les Bleus brillent en Angleterre.