OM: Mathieu Valbuena, débouté, devra verser 3.000 euros au club

FOOTBALL Le joueur lyonnais réclamait à son ancien club le réglement d'un litige avec son ex-agent...

C.L. avec AFP

— 

Mathieu Valbuena à Marseille le 20 septembre 2015
Mathieu Valbuena à Marseille le 20 septembre 2015 — FRANCK PENNANT / AFP

Le milieu international de l’Olympique Lyonnais Mathieu Valbuena a été débouté, ce mercredi, par le juge des référés du tribunal de grande instance de Marseille, auquel il demandait la condamnation de l’OM à lui verser 568.800 euros pour un litige avec son ex-agent.

>> A lire aussi: Valbuena réclame 568.000 euros à l'OM après un litige avec son ancien agent

Valbuena doit payer 3.000 euros à l’OM

Le juge des référés estime qu’il n’y avait pas lieu de le saisir, Mathieu Valbuena ayant engagé auparavant pour la même affaire une procédure civile devant la 10e chambre du tribunal de grande instance de Marseille, qui est toujours en cours. Dans son jugement, le magistrat évoque une « erreur procédurale évidente » et condamne le joueur lyonnais à payer 3.000 euros de dommages et intérêts au club marseillais.

Le joueur faisait valoir un « engagement oral » de Vincent Labrune, président de l’OM, prétendument pris au moment de son transfert au Dynamo de Moscou. Cette somme correspond à une indemnité que Mathieu Valbuena avait dû régler à son ancien agent Christophe Hutteau et à sa société Conseil et Mangement.

Une réclamation « hérétique »

L’OM a toujours contesté devoir quoi que ce soit à Christophe Hutteau. Un protocole entre les trois parties avait été signé au terme duquel le club marseillais s’engageait à payer ces 568.800 euros à Hutteau si le transfert de Mathieu Valbuena était réalisé avant le 30 juin 2014. La signature avec le club moscovite n’était intervenue que début août, rendant cet engagement caduc.

L’avocat de l’OM Henri Labi s’est félicité de cette décision, qualifiant la réclamation de Mathieu Valbuena d'« hérétique » : « Avec une audace caractérisée, il a osé solliciter un somme contestée pour laquelle il avait déjà saisi d’autres juges », a commenté Me Labi.