Marseille: Le FN veut la position de Gaudin et d'Estrosi sur les « salles de shoot »

SANTÉ Le projet de loi Santé a été voté par les sénateurs mardi...

A.R. avec AFP

— 

Une salle de shoot à Lille.
Une salle de shoot à Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Le Front national (FN) a demandé mardi à Christian Estrosi, la tête de liste les Républicains (LR) aux régionales en Paca et à Jean-Claude Gaudin (LR) maire de Marseille, de clarifier leur position sur la création de « salles de shoot » notamment à Marseille.

Les sénateurs ont voté mardi le projet de loi Santé qui instaure l’expérimentation de salles de consommation de drogue à moindre risque, des « salles de shoot », en intégrant, selon un amendement Les Républicains, ces salles à un établissement de santé ou à un hôpital.

« Expérimenter dans des communes qui sont candidates (...) Paris et Marseille »

« Nous tenons à alerter les habitants de Provence-Alpes-Côte d’Azur de la duplicité flagrante des amis de Christian Estrosi », sur cette question, écrit dans un communiqué Franck Allisio, porte-parole de la tête de liste FN en Paca, Marion Maréchal Le Pen.

A lire aussi : Qui est Franck Allisio, la nouvelle recrue de Marion Maréchal Le Pen ?

Le FN fait valoir que le rapporteur de cette loi au Sénat « farouche partisan de la création de salles de shoot » est le sénateur du Vaucluse, Alain Milon (LR, un soutien de Christian Estrosi. En outre, la ministre de la Santé Marisol Tourraine a indiqué, selon lui, lors des débats au Sénat : « Nous proposons d’expérimenter dans des communes qui sont candidates (…) deux communes se sont publiquement portées candidates, Paris et Marseille ».

« Nous demandons à Christian Estrosi de désavouer son ami vauclusien » et au sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin de clarifier sa position sur la question de l’installation de salles de shoot», écrit le FN.

Jean-Claude Gaudin a affirmé à plusieurs reprises par le passé, son soutien à l’expérimentation d’une ouverture de salles de consommation supervisée de drogue, envisagée par la ministre de la santé Roselyne Bachelot en 2010. Après le véto opposé par le premier ministre d’alors François Fillon, Jean-Claude Gaudin avait toutefois indiqué qu’il n’allait « pas jouer au bras de fer avec François Fillon ».