VIDEO. OM-OL: Aulas estime que Labune «est un guignol» à vouloir s'en prendre à l'arbitrage

FOOTBALL Passe d'armes entre présidents après le match agité au Vélodrome...

C.L.

— 

Vincent Labrune en 2013
Vincent Labrune en 2013 — GABRIEL BOUYS / AFP

Ni Michel, ni Hubert Fournier, ni les joueurs n’ont vraiment souhaité commenter les faits d’arbitrage et les événements survenus dans les tribunes, en marge ce match nul (1-1) entre Marseille et Lyon. Les présidents ne s'en sont pas privés, au micro de Canal +.

OM-OL : L’Olympico tourne au fiasco (1-1)

VIDEO. Bronca, charges violentes et occasions ratées… Le difficile retour de Valbuena au Vélodrome

OM-Lyon : Pourquoi le match a-t-il été interrompu pendant la 2e période ?

« Il y a des équipes qui ont plus l’habitude de jouer à 11 contre 10 que les autres, c’est le cas de l’Olympique Lyonnais », a affirmé Vincent Labrune, dont l’équipe a évolué à dix après l’expulsion de Romain Alessandrini. « Il y a des équipes qui ont plus souvent des penalties que les autres. C’est le cas de l’Olympique Lyonnais. À la mi-temps, j’ai dit à Jean-Michel (Aulas) que je trouvais ça drôle (…) Si c’était parti en vrille, on n’aurait pas été responsable de tout. »

Jean-Michel Aulas n’a pas tardé à répondre : « Les conditions de match ont été insupportables et les déclarations du président de Marseille à côté de la plaque. Je regrette la pression qui a entouré ce match, notamment pour un garçon comme Mathieu (Valbuena) qui ne pouvait même pas tirer un corner (…). Ça fait des années que ça dure parce que le président Labrune veut grandir plus vite qu’il ne peut le faire. J’ai dit à Vincent Labrune que c’était un guignol et qu’il ne durera pas aussi longtemps qu’il le croit dans le football. Les dirigeants de l’OM n’ont pas été responsables, ils ont propagé voire organisé une vendetta à l’égard de Mathieu Valbuena. »