Ligue Europa: L’OM enfonce la porte européenne à Groningen (3-0)

FOOTBALL L'OM remanié de Michel n'a pas tremblé aux Pays-Bas...

Christine Laemmel

— 

Romain Alessandrini le 17 septembre à Groningen aux Pays-Bas.
Romain Alessandrini le 17 septembre à Groningen aux Pays-Bas. — PATRIK STOLLARZ / AFP

Pour Michel, c’était le lynchage ou le plébiscite. En changeant six de ses joueurs après OM-Bastia, le jour du retour de Marseille en compétition européenne, l’Espagnol courait le risque d’être accusé de saboter les chances de son équipe. Que nenni. Le monsieur maîtrise son sujet. Et l’OM remanié confirme son statut de machine à buts dans un stade où les 600 voix marseillaises couvrent les 22 000 supporters verts.

>> OM : Chaises qui volent et police montée, l’avant-match dégénère à Groningen

Nkoudou snobe quatre défenseurs

Très impliqué dans son couloir dès le coup d’envoi, Nkoudou, concrétise ses efforts 24 minutes plus tard. L’ancien Nantais élimine quatre défenseurs et conclut avec un tir croisé du gauche à ras de pelouse. Ocampos était très attendu à la place de Batshuayi. Il se paye le luxe de l’insolence en allant tranquillement pousser le ballon après un grand pont sur le gardien néerlandais (39e). C’est Anguissa qui lui remet proprement dans les pieds. Anguissa qui ? Oui, André-Franck Zambo Anguissa, arrivé fin juillet, qui passe en un soir, de la réserve de Reims à l’équipe une de l’OM en Ligue Europa. Le Camerounais de 20 ans épate. Propre et posé. Ça chauffe un peu plus du côté de Mendy et Ocampos, avertis (23e et 51e) pour contestation. La première occasion cadrée de Groningen arrive à la 53e minute. Ce sera quasiment la seule. Toute envie étant anéantie par la reprise d’Alessandrini. (61e). Des tribunes, Manquillo, Barrada et NKoulou, comme Batshuayi sur le banc et Diarra resté à Marseille, ont eu tout le temps de savourer la démonstration. Gentiment ménagés avant le choc contre Lyon dimanche.